International
URL courte
16160
S'abonner

La coalition internationale anti-Daech* menée par les Etats-Unis a rejeté les accusations concernant l'utilisation de phosphore blanc pendant ses bombardements en Syrie.

Le porte-parole de la coalition internationale anti-Daech* Sean Ryan contacté par Sputnik a rejeté les rapports syriens sur l'emploi de phosphore blanc dans les bombardements effectués en Syrie.

«Quant à l'emploi de phosphore, c'est totalement faux», a déclaré le porte-parole.

Plus tôt dans la journée, l'agence SANA a affirmé que la coalition américaine avait de nouveau frappé la ville syrienne de Hadjin avec des projectiles contenant du phosphore blanc.

Auparavant, le Centre russe pour la réconciliation des parties syriennes avait annoncé que deux F-15 de l'US Air Force avaient largué des bombes au phosphore sur Hadjin le 8 septembre dernier. La coalition a alors démenti ces rapports.

Les bombes au phosphore blanc sont considérées comme une arme de destruction massive, leur utilisation étant interdite par un protocole additionnel à la Convention de Genève de 1949.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Le nombre journalier de nouveaux cas de Covid-19 en France avoisine les 3.000, 241 foyers au total
Rouen: sept policiers hors service agressés par une vingtaine de jeunes individus
La Turquie accuse la France de se comporter «comme un caïd» en Méditerranée
Les États-Unis saisissent pour la première fois une cargaison iranienne, en toute illégalité
Tags:
bombardement, phosphore blanc, armes de destruction massive, crise syrienne, F-15 Eagle, coalition anti-Daech, Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, Sean Ryan, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook