Ecoutez Radio Sputnik
    Le gouvernorat d'Idlib (image d'illustration)

    Les radicaux ont remis des armes chimiques aux alliés de Daech, selon Sana

    © REUTERS / Ammar Abdullah
    International
    URL courte
    2523

    Au moins deux bonbonnes de gaz toxiques ont été remises aux groupes fidèles à Daech* dans la zone démilitarisée d’Idlib par des radicaux liés au Front al-Nosra*, d’après l’agence officielle syrienne Sana.

    Des groupes terroristes du nord de la Syrie ont remis dimanche des bonbonnes de gaz toxiques, chlore et sarin, à des formations ayant prêté allégeance à Daech*, a annoncé lundi l’agence syrienne Sana qui cite des sources locales.

    «Les membres de Jaych al-Ezzah, lié au Front al-Nosra* ont transféré dimanche deux bonbonnes de chlore et de sarin de Latamna dans la région de Qalaat al-Madik, au nord-ouest de Hama. Ces bonbonnes ont ensuite été remises à des groupes fidèles à Daech* qui se trouvent dans la zone démilitarisée d’Idlib», a indiqué l’agence.

    Selon Sana, les radicaux ont pris des mesures de sécurité renforcée pour réaliser cette opération.

    Le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie a annoncé ce lundi que les terroristes préparaient une nouvelle provocation aux armes chimiques dans la zone de désescalade d’Idlib en vue d’en rejeter la responsabilité sur les forces gouvernementales syriennes.

    Vladimir Safronkov, adjoint au représentant permanent de la Russie à l’Onu, a déclaré lundi que des déplacements de radicaux du Front al-Nosra* et de Casques blancs transportant des substances chimiques avaient été enregistrés dans le gouvernorat d’Idlib.

    «La Russie se réserve le droit d’aider le gouvernement syrien à éliminer ce foyer terroriste si les radicaux poursuivaient leurs provocations», a-t-il rappelé.

    La chaîne de télévision libanaise Al-Mayadeen avait précédemment annoncé que des radicaux et des membres de l’organisation Casque blancs avaient transporté des substances chimiques de Jisr-Al-Chougour dans la ville de Khirbet al-Amoud, dans le gouvernorat d’Idlib.

    Fin septembre, le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Verchinine avait annoncé que «les radicaux d’Idlib et les Casques blancs, alliés pseudo-humanitaires des terroristes» poursuivaient la préparation de provocations aux armes chimiques.

    Les Casques blancs se sont fait connaître après la publication de vidéos où l’on voit leurs militants sauver des civils ensevelis sous des décombres en Syrie. Mais il y a aussi des vidéos montrant les membres de cette même organisation en train de tourner des images mises en scène. Le ministère russe des Affaires étrangères a estimé que les activités des Casques blancs faisaient partie de la campagne visant à discréditer les autorités et militaires syriens.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    Moscou met en garde contre la répétition des provocations aux armes chimiques en Syrie
    Moscou précise l'objectif des provocations de terroristes et Casques blancs en Syrie
    Moscou: des Casques blancs arrivent à Alep avec du matériel vidéo pour une provocation
    Tags:
    armes chimiques, sarin, chlore, Jaych al-Ezzah, Daech, Front al-Nosra, Idlib, Hama, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik