Ecoutez Radio Sputnik
    Julian Assange

    La justice équatorienne rend son verdict après une réclamation d’Assange

    © REUTERS / Peter Nicholls
    International
    URL courte
    3222

    Le fondateur de WikiLeaks n’a pas réussi à obtenir l’amélioration de ses conditions d’asile dans l’ambassade équatorienne à Londres. Selon la justice de ce pays d’Amérique latine, les droits de M.Assange n’y sont pas violés.

    Une juge de la province équatorienne de Pichincha a rejeté lundi la plainte de Julian Assange qui avait accusé les autorités du pays de violer ses droits fondamentaux dans l'ambassade d'Équateur à Londres, où il est réfugié depuis juin 2012, rapporte Associated Press.

    Le fondateur de WikiLeaks cherchait à obtenir le rétablissement intégral de ses communications, coupées depuis mars puis partiellement rétablies par Quito, et s'opposait aux nouvelles conditions de résidence au sein de la légation, dont le non-respect pourrait entraîner la «fin de l'asile».

    Quito avait coupé les communications d'Assange avec l'extérieur de l'ambassade suite à son refus d'«engagement écrit de ne pas publier de messages qui constitueraient une ingérence dans les relations [de l'Équateur, ndlr] avec d'autres États».

    L'avocat équatorien de Julian Assange, Carlos Poveda, insistait sur le fait que son client avait besoin d'une «connexion sécurisée» à internet, allant au-delà de l'accès au réseau WiFi de l'ambassade qui lui avait été accordé le 19 octobre.

    La juge Karina Martinez a qualifié ces demandes d'«irrecevables». Elle a précisé qu'une mise en garde sur une éventuelle révocation de l'asile accordé à Julian Assange ne constituait pas une violation de ses droits, dans la mesure où il s'agissait d'un pouvoir souverain de l'État équatorien.

    Le fondateur de WikiLeaks, 47 ans, a trouvé asile dans l'ambassade équatorienne à Londres dans le but d'échapper à une extradition vers la Suède où il était recherché pour viol et agression sexuelle. Bien que ces poursuites aient été abandonnées en 2017, le tribunal de Westminster a maintenu le mandat d'arrêt contre M.Assange, indiquant qu'il avait été délivré après que ce dernier a enfreint les conditions de sa liberté sous caution.

    Julian Assange craint, en cas d'arrestation, d'être extradé vers les États-Unis, où il est poursuivi pour la divulgation de nombreux secrets militaires et documents diplomatiques américains.

    Lire aussi:

    Assange met au défi les autorités équatoriennes
    Sans internet, ni téléphone: Assange reste déconnecté du monde extérieur
    Julian Assange dit non à l’asile en Équateur dans un courrier à «caractère réservé»
    Tags:
    juges, asile, droits de l’homme, ambassade, Julian Assange, Equateur, Londres
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik