Ecoutez Radio Sputnik
    Union européenne

    Le président d'honneur du Crans Montana Forum dénonce une crise de la politique mondiale

    © Sputnik . Alexey Vitvitsky
    International
    URL courte
    8221

    Alors que la diplomatie signe son échec à chaque fois qu’elle recourt aux sanctions, la politique mondiale connaît une crise, estime Jean-Paul Carteron. Président d'honneur et fondateur du Forum de Crans Montana, il explique pourquoi les mesures contre la Russie ne fonctionnent pas et ce qui manque aux acteurs internationaux contemporains.

    La politique mondiale traverse une crise, et c'est d'hommes forts et de leaders dont elle a besoin. C'est du moins ce qu'estime Jean-Paul Carteron, fondateur et président d'honneur du Forum de Crans Montana. L'organisation, jusqu'ici peu médiatisée, existe depuis plus de 30 ans. Elle réunit régulièrement les puissants de la politique et de l'économie mondiale, et se fixe pour objectif de construire un monde meilleur au moyen de l'interaction entre ses acteurs. Or, ces derniers manquent aujourd'hui de leadership, ce qui engendre de nombreux problèmes à l'échelle mondiale, et ce qui explique également les sanctions auxquelles la Russie est confrontée, observe M.Carteron dans une interview accordée à Sputnik.

    Les organisations internationales s'affaiblissent

    «Je souffre beaucoup pour la Russie du dérapage et de l'affaiblissement continus de la qualité du leadership des organisations internationales. Le monde est actuellement en crise et on s'aperçoit que tout s'affaiblit, notamment lorsque l'on parle des grandes organisations comme l'UE ou les Nations-unies», indique le président d'honneur du Forum de Crans Montana.

    «On choisit maintenant des dirigeants qui sont le plus petit dénominateur commun, celui qui ne va déranger personne. On ne va pas chercher de personnalités fortes parce qu'elles dérangent. Et notre civilisation du XXIe siècle tue les gens dont la tête dépasse», poursuit-il.

    Qualifiant Vladimir Poutine d'«homme rationnel», Jean-Paul Carteron estime qu'il «n'existe aucun des éléments qui [lui] permettraient d'avancer dans la résolution des problèmes.»

    «Il y a en face de lui, des gens qui ne sont pas rationnels et lorsqu'il a des rapports humains avec ces gens-là, je suppose que ça ne peut mener à rien, parce que ces gens-là ne sont pas de son niveau», estime-t-il.

    «Les sanctions n'ont aucun sens»

    Abordant le sujet des sanctions imposées à la Russie depuis le rattachement de la Crimée en 2014, Jean-Paul Carteron dénonce l'incapacité des politiciens occidentaux à gérer cette crise, tout en estimant que les mesures de ce type ne peuvent pas avoir l'effet escompté.

    «Le problème qui s'est posé dans le cadre de la Crimée a fait qu'il y a eu de la part des diplomates occidentaux, qui n'étaient pas d'accord avec ce qu'a fait la Russie, une incapacité totale à gérer la crise», explique-t-il. «Et aujourd'hui quand les petits diplomates sont en échec, qu'est-ce qu'ils font? Ils sanctionnent.»

    «Quand on en vient à sanctionner la deuxième puissance mondiale, c'est qu'il y a plus rien qui fonctionne. On ne peut pas sanctionner la deuxième puissance mondiale ni la première. Dès lors qu'on en vient à imposer des sanctions, ça veut dire qu'on a été incapables de discuter, de résoudre les problèmes, de trouver des solutions… Alors on dit "sanctions"», poursuit-il.

    Pour Jean-Paul Carteron, «ces sanctions n'ont aucun sens», car «elles ne peuvent pas aboutir à un résultat correspondant aux souhaits de ceux qui les ont décidées». «La Crimée ne sera plus jamais ukrainienne», dit-il avant de qualifier cette situation de «one way process», un processus qui ne peut être inversé.

    En revanche, les conséquences économiques que les sanctions ont déjà entraînées sont lourdes tout autant pour la Russie que pour les pays qui les ont imposées, note le fondateur du Forum de Crans Montana

    «Tout le monde est perdant dans l'histoire et il n'y a pas d'issue. Dans un an, dans cinq ans, dans dix ans les sanctions seront levées. Elles auront créées un préjudice énorme, mais de toute façon, rien ne changera», résume-t-il.

    Le Forum de Crans-Montana est une organisation non gouvernementale créée en 1989. Son but est de faciliter l'établissement de contacts directs entre les représentants du monde des affaires ou de gouvernements et les personnalités politiques de divers pays. Le Forum accorde une importance particulière à l'encouragement du dialogue et de la coopération entre l'Europe occidentale et les pays d'Europe centrale et orientale.

    Lire aussi:

    Pourquoi les États-Unis doivent-ils arrêter d’imposer des sanctions à tort et à travers
    Moscou révèle ce que les sanctions occidentales lui ont fait comprendre
    Des députés allemands attendus en Crimée pour le 4e Forum économique de Yalta
    Tags:
    politique, sanctions, Jean-Paul Carteron, Vladimir Poutine, Crans Montana, Suisse, Crimée, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik