Ecoutez Radio Sputnik
    Asia Bibi

    La chrétienne condamnée à mort pour blasphème finalement acquittée au Pakistan

    © AP Photo /
    International
    URL courte
    16230

    Asia Bibi, mère de cinq enfants, avait été condamnée à mort en 2010 pour blasphème, à la suite d'une dispute au sujet d'un verre d'eau. Elle a finalement été acquittée en appel, mercredi.

    La Cour suprême d'Islamabad, la capitale du Pakistan, a finalement acquitté la chrétienne Asia Bibi qui avait été condamnée à la peine capitale pour blasphème, annonce le quotidien The News.

    Selon le quotidien, lors de l'examen du recours d'Asia Bibi, les juges de la Cour suprême avaient semblé s'interroger sur le bien-fondé de l'accusation.

    «Je ne vois aucune remarque désobligeante envers le Coran dans le rapport d'enquête», avait observé le juge Saqib Nisar.
    «Elle a été acquittée de tous les faits pour lesquels elle avait été condamnée», a déclaré le juge lors de l'énoncé du verdict. Il a précisé qu'Asia Bibi allait être «immédiatement libérée».

    Chrétienne du Pendjab, Asia Bibi, ouvrière agricole, ramassait des baies rouges le 14 juin 2009 dans le village d'Ittan Wali, lorsqu'elle commit l'irréparable aux yeux de ses voisines: boire de l'eau d'un puits supposé réservé aux musulmans.

    Parce qu'elle a répondu aux femmes qui l'accusaient d'avoir sali l'eau, cette mère de cinq enfants a été accusée de «blasphème», un acte passible de la peine de mort au Pakistan. Aussitôt jetée en prison, Asia Bibi a été jugée en novembre 2010 et condamnée à la peine capitale par pendaison. Cette mère de famille, qui ne cessait pas de clamer son innocence, avait fait appel de cette décision et a finalement obtenu gain de cause.

    Lire aussi:

    La chrétienne libérée Asia Bibi serait encore au Pakistan malgré les rumeurs
    Chrétienne acquittée au Pakistan: les manifestants islamistes exigent sa mort (images)
    Face à un Netanyahu offensif, la trouble posture de Macron sur l’Iran
    Tags:
    peine de mort, Asia Bibi, Islamabad
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik