Ecoutez Radio Sputnik
    Drapeau de l'UE

    En Bulgarie, un vaste trafic de passeports ouvrant la porte de l’UE découvert

    © REUTERS / Tony Gentile
    International
    URL courte
    4010

    Des faux passeports permettant de voyager sans visa dans l'Union européenne ont été octroyés illégalement dans le cadre d’un vaste trafic de la nationalité bulgare non sans la complicité de fonctionnaires de cet Etat balkanique, a annoncé la justice bulgare cité par des médias. Une enquête a été ouverte.

    De nombreux ressortissants de pays de l'est de l'Europe non-membres de l'Union européenne, à savoir de Macédoine, de Moldavie et d'Ukraine, ont bénéficié d'un trafic d'envergure de la nationalité bulgare pour se déplacer sans visa dans l'UE, a fait savoir le parquet bulgare en précisant que des employés de l'agence des Bulgares de l'étranger auraient été impliqués.

    «Des perquisitions sont en cours et des témoins sont interrogés» dans le cadre de l'enquête ouverte pour les faits de corruption, d'abus de pouvoir et de falsification de documents, a annoncé le parquet dans un communiqué auquel se réfèrent des médias.

    Selon la presse, plus de 20 personnes auraient été interpellées, dont le directeur de l'agence des Bulgares de l'étranger.

    Comme l'indiquent des médias, entre 30 et 40 faux passeports bulgares auraient été délivrés chaque semaine. Les personnes intéressées devaient acheter quelque 5.000 euros un faux certificat attestant qu'elles avaient des origines bulgares, ce qui autorise à demander la naturalisation qui, une fois accordée, permet d'obtenir un passeport ouvrant les portes de l'Union européenne sans visa.

    Lire aussi:

    La réticence des Bulgares à se marier enfin expliquée
    Quel effet aura le Turkish Stream sur les relations entre la Bulgarie et la Turquie?
    Un Bulgarian Stream bientôt sous la mer Noire?
    Tags:
    accès, visas, nationalité, ventes, trafic, passeport, Union européenne (UE), Moldavie, Ukraine, Macédoine, Bulgarie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik