Ecoutez Radio Sputnik
    Schengen-Visa. Image d'illustration

    Visas: l’ambassade de France à Alger aurait claqué la porte au nez des députés algériens

    © Sputnik . Sergei Kirkach
    International
    URL courte
    25697

    L’ambassade de France à Alger n’accorderait plus de visas systématiquement aux élus algériens et à leurs proches. C’est ce qu’a indiqué, ce 31 octobre, le site ObservAlgérie, citant des sources affirmant que cette situation serait due au fait qu’une fois en France, certains ne rentrent plus en Algérie.

    Depuis l'arrivée, en 2017, à Alger, de Xavier Driencourt, l'ambassadeur de France en Algérie, les parlementaires algériens, ainsi que leurs enfants et leurs proches, auraient peu à peu perdu le privilège que leur accordait le consulat général de France de leur délivrer systématiquement des visas Schengen. C'est ce que rapporte, ce 31 octobre, le site d'information ObservAlgérie, citant des sources proches du dossier.

    Selon ces sources, l'Assemblée populaire nationale algérienne (APN) avait l'habitude de recevoir, à chaque législature, un quota de visas réservés exclusivement aux députés et hauts responsables. Alors que pour la législature actuelle l'ambassade de France ne lui aurait rien accordé, et ce malgré une tentative du chef de cabinet du président de l'APN de renégocier une convention entre les deux institutions.

    Lors de la rencontre entre le responsable algérien et l'ambassadeur de France en Algérie, M. Driencourt aurait pris soin, selon les mêmes sources, de présenter une liste de toutes les personnes (fils d'anciens députés et leurs proches) ayant bénéficié d'un visa Schengen par le biais de l'APN, qui se sont rendues sur le territoire français, et ne sont plus jamais rentrées en Algérie.

    «Les recommandations que vous faites ne garantissent en aucun cas que les bénéficiaires de ces visas retourneront dans leur pays d'origine», aurait affirmé le diplomate français lors de cette entrevue.

    Les relations bilatérales algéro-françaises se portent bien, a déclaré le 6 septembre lors d'une conférence de presse à Alger, Ahmed Ouyahia, le Premier ministre algérien. Le responsable algérien a souligné qu'il y a une règle que les Français connaissent bien, avec les Algériens, «c'est la réciprocité diplomatique».

    «Ils se sont conduits d'une certaine façon avec nous au sujet de la sécurité de notre ambassade [à Paris, ndlr], nous avons agi de même. Ils sont en train d'agir d'une certaine façon pour les visas, si cela continue, nous agirons de même. La réciprocité, ils connaissent cela très bien, depuis 1962», a affirmé M. Ouyahia.

    En contremesure à la restriction de visas aux Algériens, les autorités d'Alger auraient mis en place, depuis le dimanche 7 octobre, des mesures de durcissement des conditions d'octroi de visas, de différentes catégories, aux citoyens français, a indiqué le 8 octobre le quotidien algérien arabophone El Bilad, citant des sources diplomatiques.

    Lire aussi:

    Conditions d’octroi de visas: entre Alger et Paris ça serait «la réciprocité diplomatique»
    «Pas de crise entre la France et l’Algérie»…mais juste: œil pour œil et dent pour dent
    Alger prorogerait la suspension de la protection des représentations françaises en Algérie
    Tags:
    conditions visas, députés, Assemblée populaire nationale (APN) algérienne, Xavier Driencourt, Ahmed Ouyahia, Algérie, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik