International
URL courte
10550
S'abonner

Malgré les discordes qui émaillent les relations entre Paris et Moscou, les Français ne prêtent plus grande attention à la rhétorique russophobe qu'utilisent les hommes politiques de leur pays, a indiqué à Sputnik le prince Alexandre Troubetzkoï.

Les bonnes relations entre Français et Russes en France n'ont pas souffert des divergences politiques entre Paris et Moscou, a déclaré à Sputnik Alexandre Troubetzkoï, président de l'association l'Alliance Franco-Russe.

«Il n'y a pas de détérioration au niveau de la communication avec les gens, avec la société civile. Au contraire, tout va bien. Il y a, bien sûr, une aggravation dans la presse russophobe et de certaines tendances politiques russophobes», a-t-il indiqué en marge du VIe Congrès mondial des compatriotes, qui se tient actuellement à Moscou.

Selon lui, les compatriotes russophones à l'étranger sont parfois traités d'«imbéciles utiles» ou d'«une sorte de soft power agissant contre l'Occident», mais cela ne les empêche pas de s'exprimer.

«Cette pression russophobe est si persistante, si forte qu'en fin de compte, personne n'y croit. Donc, c'est parfois contre-productif», a-t-il ajouté.

Les relations entre la Russie et les pays occidentaux se sont dégradées du fait du début du conflit en Ukraine et du rattachement de la Crimée à la Russie en 2014. L'Occident a imposé des sanctions contre la Russie, qui ont entraîné en retour un embargo sur les importations européennes. Ces derniers temps, de plus en plus de voix s'élèvent dans les pays de l'Union européenne pour réclamer la levée du régime des sanctions antirusses.

Lire aussi:

Une «violente altercation» éclate entre deux avocats lors du procès Sarkozy, l’audience suspendue
Des outils d’espionnage télécoms israéliens ont été détectés dans ces quatre pays européens
Macron n’inspire plus confiance aux Français et recourt à l’«autodéfense agressive», selon la presse allemande
Tags:
Dialogue franco-russe, Alexandre Troubetzkoï, France, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook