Ecoutez Radio Sputnik
    Qu’est-ce qui pourrait pousser la Russie à se retirer du Conseil de l’Europe?

    Qu’est-ce qui pourrait pousser la Russie à se retirer du Conseil de l’Europe?

    © Sputnik . Vladimir Fedorenko
    International
    URL courte
    8213

    Sergueï Lavrov, dans une conversation téléphonique, a expliqué au secrétaire général du Conseil de l'Europe que la Russie pourrait se retirer de l’organisation seulement si les autres États entreprennent des actions pour l’en expulser, selon le porte-parole du secrétaire général du Conseil de l’Europe.

    Le 31 octobre, Sergueï Lavrov, le chef de la diplomatie russe, a eu une conversation téléphonique avec Thorbjorn Jagland, le secrétaire général du Conseil de l'Europe, a confié à Sputnik le porte-parole du Conseil de l'Europe, Daniel Holtgen. Il a indiqué que, lors de cette discussion, le ministre russe des Affaires étrangères avait rassuré son interlocuteur que la seule condition qui pousserait la Russie à se retirer du Conseil de l'Europe est si les autres pays entreprennent des mesures pour l'expulser

    Le ministère russe des Affaires étrangères a publié sur son site un communiqué officiel confirmant qu'une telle discussion téléphonique avait eu lieu mais sans révéler les détails de la conversation, en annonçant que les deux hommes avaient également discuté de la situation de crise dans l'organisation intergouvernementale engendrée par la violation du principe fondamental de la charte du Conseil de l'Europe en ce qui concerne les droits égaux de représentation des délégations des États à l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE).

    En novembre 2017, le secrétaire général du Conseil de l'Europe Thorbjorn Jagland avait jugé possible l'éventuelle levée des sanctions décrétées à l'encontre de Moscou sur fond de crise ukrainienne. Les négociations sur le statut de la Russie au sein de l'organisation se poursuivent depuis déjà quatre ans et restent au point mort. Les règles actuelles de l'APCE disposent que les pouvoirs de toute délégation puissent être limités si au moins 30 membres de l'Assemblée représentant d'au moins cinq pays y sont favorables, au motif qu'il y a violation des engagements pris lors de l'adhésion au Conseil de l'Europe ou du principe de primauté du droit.

    Lire aussi:

    Strasbourg continuera à chercher des solutions pour sortir de la crise Russie-APCE
    Vers un Ruxit? Le secrétaire général du Conseil de l’Europe tire la sonnette d’alarme
    Le chef du Conseil de l’Europe envisage de lever les sanctions antirusses
    Tags:
    expulsions, diplomatie, négociations, Conseil de l'Europe, APCE, Daniel Holtgen, Thorbjorn Jagland, Sergueï Lavrov, Europe, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik