Ecoutez Radio Sputnik
    la base aérienne américaine de Ramstein

    Traité FNI: Moscou avertit l'Europe de la recrudescence des activités du Pentagone

    © AP Photo / Frank Augstein
    International
    URL courte
    14643

    La récente livraison par les États-Unis d'un important stock de munitions à la base aérienne américaine de Ramstein, située en Allemagne, doit rappeler à l'Europe que Washington pourrait déployer ses armements dans les pays européens s'il sort du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI), estime Maria Zakharova.

    L'Europe ne doit pas restée indifférente face aux projets des États-Unis de sortir du Traité FNI, a déclaré ce jeudi la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova.

    «Parmi les exemples les plus récents, nous pouvons citer la livraison du plus grand stock de munitions depuis 20 ans à une base américaine en Allemagne, un record depuis les bombardements de l'Otan en Yougoslavie. Une question se pose: que se passera-t-il sans le Traité FNI?», a-t-elle questionné.

    Selon elle, l'Europe risque d'abriter ainsi des missiles Tomahawk américains dont le déploiement est interdit par le Traité.

    «Cela peut-il devenir une réalité? Nous aimerions adresser cette question à la communauté internationale», a indiqué la diplomate.

    Donald Trump avait précédemment annoncé que les États-Unis prévoyaient de sortir du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire, signé en 1987 par Mikhaïl Gorbatchev et Ronald Reagan. Le document en question abolissait l'usage de toute une série de missiles d'une portée variant de 500 à 5.500 kilomètres.

    Lire aussi:

    Les USA tentent d’obtenir la domination militaire en quittant le Traité FNI, selon Moscou
    Armes nucléaires en Europe: Berlin s’oppose au «retrait précipité» des USA du Traité FNI
    Poutine promet une réponse inévitable au retrait US du traité FNI
    Tags:
    Maria Zakharova, Europe, Allemagne, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik