Ecoutez Radio Sputnik
    Un soldat américain à la frontière syrienne

    Washington détaille sa position sur l’offensive turque antikurde au nord de la Syrie

    © AP Photo / Hussein Malla
    International
    URL courte
    2144

    Les États-Unis ont exprimé leur «préoccupation» après les bombardements menés par la Turquie contre des combattants kurdes soutenus par les États-Unis dans le nord de la Syrie où les forces américaines sont déployées, une offensive qui risque de devenir une nouvelle pomme de discorde entre les deux alliés de l'Otan.

    «Les frappes turques dans le nord de la Syrie, notamment si elles visent les zones où sont déployées les forces américaines, nous préoccupent particulièrement», a déclaré le 31 octobre Robert Palladino, le porte-parole du Département d'Etat américain lors d'une conférence de presse à Washington.

    Selon lui, les États-Unis ont pris contact avec la Turquie et la milice syrienne à dominance kurde pour insister sur la nécessité de «désamorcer la situation».

    Par ailleurs, cette offensive turque dans la région a eu des répercussions sur la campagne de lutte antiterroriste en Syrie. Le colonel Sean Ryan, porte-parole de la coalition dirigée par les États-Unis et luttant contre le groupe djihadiste Daech*, a indiqué le 1er novembre sur Twitter que les Forces démocratiques syriennes dirigées par les Kurdes avaient suspendu temporairement leur offensive dans la région.

    Le président Recep Tayyip Erdogan s'est engagé à «écraser» les militants séparatistes kurdes opérant en Syrie le long de la frontière avec la Turquie, considérés comme une extension du groupe séparatiste kurde du PKK et qualifié d'organisation terroriste par Ankara, les États-Unis et l'Union européenne. Erdogan a qualifié de «sans fondement» les inquiétudes du Pentagone selon lesquelles l'offensive militaire turque pourrait compromettre la lutte contre Daech* dans l'est de la Syrie, où la force kurde est un combattant clé.

    Soucieux de ne pas aggraver la situation, les forces turques et américaines ont entamé des patrouilles conjointes dans des zones rurales de la ville de Manbij, située dans le nord-ouest de la Syrie, a annoncé le ministre turc de la Défense, Hulusi Akar. La Turquie continue toutefoi à insister que les forces kurdes à Manbij se retirent de la ville.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    Erdogan: Ankara ne permettra pas la formation d’un État kurde dans le nord de la Syrie
    Les USA et la Turquie adoptent une feuille de route sur la ville syrienne de Manbij
    Opération «Rameau d'olivier»: les premiers résultats de l'offensive turque à Afrine
    Tags:
    offensive, Kurdes, États-Unis, Turquie, Russie, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik