International
URL courte
23895
S'abonner

Pour le député de la Douma Alexandre Cherine contacté par Sputnik, les propos de Jan Broeks sur un éventuel conflit entre l'Otan et Moscou visent à assurer les intérêts d'une entreprise logistique inconnue.

Trident Juncture 2018
© REUTERS / Capt. Kylee Ashton/U.S. Air Force
Les déclarations du chef de l'état-major international de l'Otan Jan Broeks concernant d'éventuels problèmes logistiques en cas de conflit avec la Russie constituent une tentative d'attiser les tensions dans l'intérêt des entrepreneurs, estime le vice-président de la commission de la Défense de la Douma (chambre basse du parlement russe) Alexandre Cherine.

«En fin de compte, toute cette exacerbation aux États-Unis tourne toujours autour de l'argent», a indiqué le député à Sputnik.

Selon lui, les déclarations du responsable otanien ont pour objectif de permettre à un groupe logistique d'obtenir une commande de la part de l'Alliance.

À l'heure actuelle, l'Otan mène en Norvège ses exercices Trident Juncture, les plus importants organisés par l'Alliance depuis la fin de la guerre froide. Au total, 50.000 militaires, venus des 29 pays membres de l'Otan, ainsi que des États partenaires, parmi lesquels la Suède et la Finlande, prennent part à ces entraînements.

D'après le secrétaire général de l'Alliance Jens Stoltenberg, les exercices Trident Juncture sont censés envoyer «un message clair à tout adversaire potentiel»: «L'Otan ne cherche pas la confrontation mais elle sera prête à défendre tous les alliés contre toutes les menaces».

Lire aussi:

Une deuxième vague de Covid-19, «c’est presque certain», affirme un infectiologue japonais
Un homme de 75 ans en sang: les policiers de Buffalo démissionnent par solidarité avec leurs deux collègues suspendus
Tensions dans le centre de Marseille où la police tente de disperser les manifestants - vidéos
Tags:
logistique, conflit, confrontation, exercices militaires, Trident Juncture 2018, Douma d'État, OTAN, Jan Broeks, Jens Stoltenberg, Norvège, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook