Ecoutez Radio Sputnik
    Mohammad Javad Zarif

    Zarif constate un «effet boomerang» des sanctions US visant l'Iran

    © Sputnik . Vladimir Ostapkovitch
    International
    URL courte
    13350

    Les sanctions décrétées par les USA à l'encontre de l'Iran provoquent un effet boomerang et poussent Washington vers l'isolement, selon le chef de la diplomatie iranienne.

    Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a estimé lundi que les sanctions américaines visant son pays ont entraîné un effet boomerang, rendant Washington «isolé» sur la scène internationale.

    «Les brimades des USA se retournent contre eux-mêmes (…) parce que le monde ne peut pas permettre à Trump et son équipe de détruire l'ordre mondial. Ce sont les États-Unis, et pas l'Iran, qui sont isolés», a écrit M.Zarif sur son fil Twitter dans un post comportant un collage de titres des médias occidentaux relatifs aux nouvelles sanctions US ciblant Téhéran.

    En mai dernier, les États-Unis ont annoncé leur retrait de l'accord de Vienne sur le dossier du nucléaire iranien conclu en 2015, avant de rétablir une première série de sanctions contre Téhéran en août. De nouvelles sanctions ciblant le secteur pétrolier iranien doivent être introduites le 5 novembre.

    Les pays membres de l'Union européenne, tout comme la Russie et la Chine, ont pour leur part indiqué vouloir préserver l'accord de Vienne. Les États signataires du document ont ainsi convenu de poursuivre leurs efforts pour maintenir les échanges commerciaux avec Téhéran malgré le rétablissement des sanctions américaines.

    Lire aussi:

    Londres déterminé à élargir ses relations commerciales avec Téhéran malgré les sanctions
    Damas commente les nouvelles sanctions US visant Téhéran
    Sanctions US: quand l’Iran et l’UE s'allient
    Tags:
    accord de Vienne sur le nucléaire iranien (2015), programme nucléaire iranien, sanctions, Donald Trump, Mohammad Javad Zarif, Iran, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik