International
URL courte
9481
S'abonner

L'Iran a fait échec à des cyberattaques supposément lancées par Israël contre ses systèmes de télécommunications, a déclaré le ministre iranien des Télécommunications, Javad Azari Jahromi, constatant que des hackers israéliens étaient repartis «bredouille».

Les autorités iraniennes ont repoussé avec succès plusieurs cyberattaques contre les systèmes de télécommunications du pays qui auraient été lancées par les services secrets israéliens, a indiqué le ministre des Télécommunications, Javad Azari Jahromi.

«Ce régime [Israël, ndlr] à l'histoire tristement célèbre d'emploi des cyberarmes telles que Stuxnet, a tenté cette fois-ci d'endommager les infrastructures de télécommunications de l'Iran. Mais il est reparti bredouille grâce à la vigilance de nos spécialistes», a-t-il souligné, cité par la chaîne Press TV.

Il a fait remarquer qu'après avoir constaté ces opérations hostiles, Téhéran avait l'intention de s'adresser aux structures internationales de justice.

En septembre 2011, l'Iran a annoncé que le malware Stuxnet avait été introduit dans le réseau de la centrale nucléaire de Bouchehr sans pour autant altérer son fonctionnement. Fin novembre, le Président iranien à l'époque, Mahmoud Ahmadinejad, avait déclaré que «les ennemis de l'Iran» avaient réussi à créer, grâce à un programme informatique, des problèmes «limités» dans le fonctionnement des centrifugeuses au site d'enrichissement d'uranium de Natanz.

En juin 2012, The Washington Post a annoncé que le virus Stuxnet avait été mis au point par les services secrets américains et israéliens.

Lire aussi:

Il vient de braquer un McDonald’s mais ne s’attendait pas à tomber sur ce genre de clients
Un chien protège un garçon de trois ans perdu dans les bois
La punition qu’un père administre à ses filles qui refusent de porter le voile
Une mère de trois enfants saute dans un étang gelé pour sauver un chien – vidéo
Tags:
télécommunication, cyberattaque, usine d'enrichissement d'uranium de Natanz, centrale nucléaire de Bouchehr, Washington Post, Mohammad-Javad Azari Jahromi, Mahmoud Ahmadinejad, Téhéran, Iran, Israël
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook