Ecoutez Radio Sputnik
    Les Casques blancs syriens (archive photo)

    Moscou précise l'objectif des provocations de terroristes et Casques blancs en Syrie

    © AP Photo / Syrian Civil Defense White Helmets
    International
    URL courte
    5260

    Les Casques blancs et les terroristes cherchent toujours à lancer des provocations avec emploi de substances toxiques en Syrie dans l'espoir de prouver que le pays viole le régime de non-prolifération, a déclaré l'ambassadeur de Russie auprès des Nations unies, ajoutant qu'il voulaient également discréditer Moscou.

    Les organisations terroristes de Syrie et les Casques blancs préparent fiévreusement des provocations avec emploi de gaz toxiques en vue de compromettre le gouvernement du pays, a affirmé Vassili Nebenzia, l'ambassadeur de la Russie auprès des Nations unies, au cours d'une réunion du Conseil de sécurité.

    «Nous continuons de recevoir des informations inquiétantes selon lesquelles les groupes terroristes en Syrie ne cessent de préparer, en collaboration avec les Casques blancs, des provocations à large échelle avec utilisation de substances toxiques», a-t-il indiqué.

    Il a fait remarquer que la Syrie en informait régulièrement les membres du Conseil de sécurité et a ajouté que «les militaires russes disposaient également de ces données».

    «Ainsi, les terroristes du Parti islamique du Turkestan* ont transféré le 27 octobre depuis Maarat al-Nouman 20 bonbonnes de chlore de 10 litres chacune. Les habitants locaux ont informé le Centre de réconciliation des parties en conflit en Syrie que les Casques blancs recherchaient ceux qui souhaiteraient prendre part à une mise en scène pour recevoir en échange des aliments», a souligné Vassili Nebenzia.

    Il a rappelé que des informations semblables parvenaient également du gouvernorat d'Alep où les Casques blancs ont transporté dans les localités d'Azaz, Marea et Al-Raï des bidons de substances toxiques, ainsi que du matériel vidéo professionnel.

    «L'objectif de ces provocations est évident: présenter la Syrie comme un pays qui viole le régime de non-prolifération et fournir un prétexte à de nouvelles opérations agressives contre Damas, ainsi que stigmatiser la Russie en tant qu'État encourageant “les crimes repoussants du régime”», a-t-il indiqué, ajoutant que des experts militaires russes suivaient de près la situation.

    Vladimir Savtchenko, chef du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, a déclaré que des terroristes avaient livré deux conteneurs de chlore dans un silo à blé de la localité de Qalaat al-Madiq située à 20 km au nord de la ville syrienne de Hama.

    Le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov, avait précédemment déclaré aux journalistes que des membres des Casques blancs étaient arrivés dans plusieurs localités du gouvernorat d'Alep avec du matériel vidéo dans le but de mettre en scène une nouvelle provocation avec des substances chimiques.

    Les Casques blancs se sont fait connaître après la publication de vidéos où leurs militants sauvent des civils ensevelis sous des décombres en Syrie. Mais il y a aussi des vidéos montrant les membres de cette même organisation en train de tourner des images mises en scène. Le ministère russe des Affaires étrangères a estimé que les activités des Casques blancs faisaient partie de la campagne visant à discréditer les autorités et militaires syriens.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    Moscou: des Casques blancs arrivent à Alep avec du matériel vidéo pour une provocation
    Défense russe: les Casques blancs organisent une provocation aux armes chimiques à Alep
    Les radicaux ont remis des armes chimiques aux alliés de Daech, selon Sana
    Tags:
    matières toxiques, chlore, provocation, ministère russe des Affaires étrangères, Casques blancs syriens, Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, ONU, Vladimir Savtchenko, Vassili Nebenzia, Igor Konachenkov, Alep, Moscou, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik