Ecoutez Radio Sputnik
    Joseph Dunford

    Le Pentagone révèle quel pays menacera réellement les États-Unis dans dix ans

    © REUTERS / Yuri Gripas
    International
    URL courte
    5319102

    Il est peu probable qu’à l’horizon 2025-2035 la Russie soit pour les États-Unis une menace aussi grave que la Chine, estime Joseph Dunford, chef d’État-major des armées des États-Unis.

    Entre 2025 et 2035, la Chine représentera pour les États-Unis une menace plus sérieuse que la Russie, a déclaré le chef d'État-major des armées américaines Joseph Dunford.

    «Quand nous parlons de l'horizon 2025-2035…, une période vers laquelle nous serons capables d'obtenir des forces supérieures à celles de la Chine et peut-être à celles de la Russie qui pourrait ne plus être en mesure de les maintenir à leur niveau actuel. Ses indicateurs économiques et démographiques sont en baisse. Je ne crois pas qu'entre les années 2025 et 2035 la Russie représente une menace aussi grave que la Chine», a-t-il fait savoir dans son intervention à l'Université Duke retransmise sur le site du Pentagone.

    Le général Dunford estime que la Chine a davantage le capacités pour accroître son potentiel.

    «À mon avis, ils continueront de faire ce qu'ils ont fait ces dernières années en termes d'accroissement de leur potentiel militaire. Je pense que ces 20 ou 30 prochaines années il nous faudra considérer la Chine comme une menace que nous devons prendre en compte», a ajouté le général.

    En septembre dernier, le secrétaire américain à la Défense James Mattis a qualifié les armes nucléaires russes de première menace extérieure pour les États-Unis.

    Le Pentagone avait précédemment publié une nouvelle doctrine nucléaire des États-Unis dans laquelle une grande place était réservée au développement des forces nucléaires russes. Le document indiquait que Washington continuerait d'investir dans le développement de munitions nucléaires de faible puissance et de moderniser des éléments de sa «triade nucléaire » (missiles intercontinentaux, sous-marins et bombardiers stratégiques).

    La «menace russe» est régulièrement évoquée par des hommes politiques occidentaux, le plus souvent baltes et polonais. Cependant Moscou a annoncé à maintes reprises qu'il n'avait aucune intention d'attaquer un pays de l'Otan. Selon le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, l'Otan sait bien que la Russie n'a pas de projets d'attaquer qui que ce soit, mais utilise ce prétexte pour déployer davantage de matériels et de bataillons à proximité de la frontière russe.

    Lire aussi:

    Doctrine nucléaire US: la Défense chinoise réplique
    Nouvelle posture nucléaire US: la Russie menace de répliquer
    Doctrine nucléaire US: Moscou répond aux allégations de «frappe nucléaire limitée»
    Tags:
    menaces, Joseph Dunford, Chine, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik