International
URL courte
7412
S'abonner

Dmitri Rybolovlev, milliardaire russe et président de l’AS Monaco, a été placé en garde à vue dans le cadre d’une enquête ouverte par le parquet de Monaco pour corruption et trafic d’influence, d’après Le Monde. Le consulat de Russie à Marseille indique ne pas être au courant de cette affaire.

L’homme d’affaires russe propriétaire de l’AS Monaco, Dmitri Rybolovlev, a été placé mardi matin en garde à vue et son domicile, l’immeuble La Belle Époque situé à Monaco, a été perquisitionné, a annoncé Le Monde.

Le consulat général de la Fédération de Russie à Marseille a annoncé à Sputnik qu’il n’avait pas d’informations sur la mise en garde à vue de M.Rybolovlev.

Selon Le Monde, M.Rybolovlev, président de l'AS Monaco depuis 2011, fait l’objet d’une enquête lancée en 2017 par le parquet monégasque pour «corruption», «trafic d’influence actif et passif» et complicité de ces délits.

Le nom de Dmitri Rybolovlev est mentionné dans les révélations des Football Leaks faites par le consortium de médias EIC, dont Mediapart en France. D’après une enquête menée par le site, M.Rybolovlev aurait subventionné l’AS Monaco en violation des règles de l’UEFA sur le fair-play financier (FPF). L’AS Monaco a démenti lundi ces informations, rappelant qu’il avait changé sa politique et opté pour la stratégie de vente de joueurs après avoir été condamné à une amende pour le non-respect du FPF.

L'AS Monaco affronte ce mardi, au stade Louis-II, le FC Bruges dans le cadre de la 4e journée de la phase de groupes de la Ligue des champions. Le coup d'envoi de la rencontre a été donné à 18h55 heure de Paris.

Lire aussi:

Ce pays européen a été désigné par la Chine comme possible point d’origine du coronavirus
La LDNA, mouvement pour la défense des Africains, espère la dissolution de l’Église catholique
Un colis suspect adressé au Pr Raoult envoyé à Marseille, une unité spéciale intervient
Tags:
enquête, garde à vue, perquisition, Le Monde, AS Monaco, Dmitri Rybolovlev, Monaco
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook