Ecoutez Radio Sputnik
    Une image qui montrerait le journaliste Jamal Khashoggi à l'entrée du consulat d'Arabie saoudite à Istanbul

    De nouveaux détails sur l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi

    © REUTERS / Reuters TV
    International
    URL courte
    Disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi (105)
    10444

    Après l’assassinat de Jamal Khashoggi dans le consulat d’Arabie saoudite à Istanbul, des officiers saoudiens auraient tenté d’empêcher des policiers turcs de regarder les vidéos des caméras de surveillance sur lesquelles on voit le journaliste entrer dans la mission diplomatique, d’après le journal turc Sabah.

    Des officiers du service de sécurité du consulat d'Arabie saoudite à Istanbul ont essayé de bloquer l’accès de la police turque aux vidéos des caméras de surveillance après l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, a affirmé mardi le journal Sabah se référant à une source au sein du renseignement turc.

    Selon le journal, des officiers saoudiens sont arrivés le 6 octobre dans la pièce réservée aux policiers turcs qui protègent la mission diplomatique sous le prétexte de contrôler les caméras de la surveillance qui y sont installées. 

    Ils auraient chiffré les vidéos filmées le jour de l’assassinat de M.Khashoggi et bloqué l’accès à la vidéo montrant le journaliste à l’entrée du consulat, ainsi que ses assassins présumés.

    Toutefois, les services de sécurité turcs avaient pu regarder ces vidéos la veille, le 5 octobre. Ils sont également parvenus à rétablir leur accès aux vidéos après la visite des officiers saoudiens, note le journal. Ces vidéos ont plus tard été rendues publiques.

    Le journal Sabah avait précédemment affirmé qu’une «équipe de nettoyeurs» saoudienne composée de 11 membres, dont un chimiste et un expert en toxicologie, était arrivée à Istanbul le 11 octobre pour effacer les preuves de l'assassinat. Toujours selon Sabah, les enquêteurs turcs n’ont pu avoir accès au consulat et à la résidence que lorsque le corps a eu disparu et toute trace été effacée.

    Les enquêteurs n'ont toujours pas retrouvé le corps de Jamal Khashoggi qui s'était exilé en 2017 aux États-Unis et publiait régulièrement dans le journal The Washington Post des tribunes critiques envers l'héritier du trône saoudien, le prince Mohammed ben Salmane al-Saoud.

    Riyad a récemment fini par reconnaître la mort du journaliste disparu le 2 octobre au consulat d'Arabie saoudite à Istanbul. Les autorités saoudiennes assurent que Jamal Khashoggi a été tué dans une rixe et démentent avoir ordonné son assassinat. Selon Riyad, 18 personnes ont été arrêtées dans le cadre de cette affaire. 

    La Turquie mène sa propre enquête sur ce meurtre. Le 31 octobre, le procureur général d'Istanbul a annoncé que, dès son arrivée au consulat, Jamal Khashoggi avait été tué par strangulation, son corps ayant par la suite été démembré. Il a souligné le caractère prémédité de ce meurtre.


    Dossier:
    Disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi (105)

    Lire aussi:

    Après l'assassinat de Khashoggi, Riyad veut déménager son consulat d'Istanbul
    Khashoggi: Erdogan dit avoir partagé des enregistrements avec Paris, Washington et Riyad
    Assassinat de Khashoggi: le parquet saoudien requiert la peine de mort pour cinq accusés
    Tags:
    enquête, meurtre, Sabah, Jamal Khashoggi, Arabie Saoudite, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik