Ecoutez Radio Sputnik
    Riyad

    L’Arabie saoudite préfère-t-elle désormais les investissements étrangers à son pétrole?

    © AFP 2018 Hassan Ammar
    International
    URL courte
    290

    La conférence internationale sur les investissements dite «Davos du désert» a fermé ses portes à Riyad. Malgré le boycott du forum par nombre de pays et de personnalités suite à l’affaire Khashoggi, bien des hommes politiques et d’affaires de la région sont venus en Arabie saoudite. Sputnik s’est entretenu avec des analystes saoudiens à ce sujet.

    Bien que plusieurs dirigeants étrangers et grands chefs d'entreprise aient décidé, en raison de l'assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, de ne pas se rendre à Riyad pour assister au forum économique sur les investissements (Future Investment Initiative [FII]), de nombreux hauts responsables économiques et politiques de la région y ont participé.

    Le «Davos du désert» s'est avéré une réussite, a estimé dans un entretien accordé à Sputnik l'économiste saoudien Said al-Ahmari.

    «L'Arabie saoudite a signé avec des compagnies étrangères des contrats pour 56 milliards de dollars. L'économie saoudienne se développe impétueusement et prend de plus en plus de poids au niveau international», a déclaré M. al-Ahmari.

    Un autre interlocuteur de l'agence, l'économiste saoudien Abdel Aziz al-Khaledi, a indiqué que plus de 120 représentants de 140 organisations nationales et de 17 structures internationales étaient venus au forum économique de Riyad.

    «Cela confirme le poids de l'économie et de la politique de l'Arabie saoudite sur la scène internationale. Le royaume peut indiquer des axes pour les investissements et surmonter les crises régionales déjà en cours ou en gestation», a relevé M. al-Khaledi.

    Le spécialiste saoudien en droit des investissements, Muhammed al-Mulhan, a indiqué à Sputnik que l'Arabie saoudite mettait en œuvre sa nouvelle stratégie consistant notamment à renoncer au pétrole en tant que source essentielle de ses revenus.

    «Le royaume attire activement des investissements à long terme. Les hommes d'affaires confient leur argent aux partenaires saoudiens parce qu'ils sont persuadés de la stabilité et de la légitimité du royaume. C'est justement la raison pour laquelle 25 contrats et mémorandums d'investissement ont été signés lors du forum», a noté M. al-Mulhan.

    L'expert économique saoudien Salem al-Dusri a énuméré pour Sputnik les principaux projets d'investissement qui avaient intéressé les participants au «Davos du désert»:

    «La construction d'un pont à Bahreïn, le développement d'infrastructures touristiques sur le littoral de la mer Rouge, la vente de parts de SABIC (entreprise saoudienne de pétrochimie, ndlr), le développement de l'industrie, le bâtiment et la construction d'un aéroport à Neom».

    L'attitude de la communauté occidentale envers l'incident dans le consulat d'Arabie saoudite à Istanbul a sérieusement impacté les travaux du «Davos du désert». Plusieurs participants clés du forum se sont désistés sans explications, y compris la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) Christine Lagarde, le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin, le ministre français de l'Économie Bruno Le Maire et le ministre néerlandais des Finances Wopke Hoekstra. Quoi qu'il en soit, ils y ont délégué leurs représentants. Par ailleurs, le forum de Riyad a été entaché par l'absence des délégations australiennes, néo-zélandaises et tchèques. En outre, des grands groupes médiatiques, tels que CNBC, Fox, Bloomberg ont refusé d'en couvrir les travaux.

    Lire aussi:

    Affaire Khashoggi: «pas de décision qui lèse les rapports économiques américano-saoudiens»
    Affaire Khashoggi: Google boycotte le sommet international sur les investissements à Riyad
    Disparition de Khashoggi: vers un scénario «apocalyptique» entre Riyad et Washington?
    Tags:
    délégation, participation, économie, forum, investissements, Sputnik, Bloomberg, CNBC, Fonds monétaire international (FMI), Jamal Khashoggi, Steven Mnuchin, Christine Lagarde, Abdel Aziz al-Khaledi, Said al-Ahmari, Bruno Le Maire, Riyad, Arabie Saoudite
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik