Ecoutez Radio Sputnik
    Londres, Big Ben

    «Londongrad» infesté par environ 75.000 espions russes, selon un rapport

    © REUTERS / Hannah McKay
    International
    URL courte
    La Main du Kremlin
    39347

    Ils sont «nombreux», «déterminés» et leurs intentions vis-à-vis la société britannique sont «sinistres»: qui reconnaissez-vous sur ce portrait à la manière britannique? À n’en pas douter des espions de la Main du Kremlin, dont le nombre à Londres peut atteindre 75.000, selon un rapport visé par l’ex-directeur du MI6.

    Méfiez-vous lors de vos déplacements à et dans Londres: «une explosion du nombre d'espions russes» au cœur du Royaume-Uni, à savoir dans sa capitale, a été constatée par le groupe de réflexion Henry Jackson Society, et notamment par Andrew Foxall, l'auteur d'un rapport largement diffusé par différents médias britanniques.

    À en croire ce document, féroces et «impliqués dans de nombreux assassinats», les espions russes se sont infiltrés dans la communauté d'immigrés russes et harcèlent les Britanniques. L'ampleur de la menace que constitue ce nid d'espions renvoie aux «âges les plus sombres» ou à la Guerre froide. Au choix, puisque l'auteur lui-même semble ne pas encore savoir ce qui semble le plus épouvantable:

    «La menace qu'ils représentent remonte aux âges les plus sombres.»

    Ou encore:

    «Depuis trop longtemps, la politique de sécurité britannique repose sur l'hypothèse naïve que la Russie a renoncé à sa mentalité de la Guerre froide. Ce rapport montre que l'espionnage russe est plus déterminé que jamais.»

    Certainement crée par la Main du Kremlin, ce réseau d'informateurs de Poutine à Londres est fabuleusement étendu. Il serait vraiment difficile de ne pas tomber sur ces informateurs russes! Voyez les chiffres: leur nombre peut atteindre les 75.000 et cela sur les 150.000 Russes qui vivent à Londres. Grâce à une leçon de maths de la Henry Jackson Society, on apprend aussi que ce dispositif d'espions russes dans la capitale britannique est 52 fois plus important que celui du Royaume-Uni.

    Ainsi, toujours selon les calculs de la société, à Londres, un immigré russe sur deux peut être un espion russe. Hallucinant, n'est-ce pas? Cependant, ces faits tels qu'ils sont présentés ne suscitent guère l'étonnement des élites politiques britanniques. Le travail mené par la Henry Jackson Society a été par exemple visé par Richard Dearlov, ancien directeur du MI6, et recommandé comme lecture par le parlementaire britannique Malcolm Rifkind à celui qui «est détendu ou complaisant à l'égard des activités du renseignement russe au Royaume-Uni».

    Pour ne pas endosser toute la responsabilité de ces chiffres, l'auteur de l'article se réfère à «16 conversations officielles et officieuses» avec «des personnes qui occupent ou qui ont occupé des postes d'influence et de pouvoir, en particulier ceux des Affaires russes», vivant à Londres.

    Mais quel est donc l'objectif de ce réseau dirigé par la Main du Kremlin? Bien évidemment, la société et la sécurité britannique:

    «Bien qu'ils fassent la une des journaux à cause de l'empoisonnement de Skripal, ces agents ne sont pas simplement impliqués dans des assassinats. Ils fournissent l'ensemble des «mesures actives» prises par la Russie dans le cadre d'un vaste et malveillant effort visant à saper notre société.»

    Pour ne pas être accusé de parler sans preuves, Andrew Foxall a recours à bonne vieille affaire Skripal n'échappant pas à la possibilité d'en accuser l'espionnage russe et pointant du doigt la «paranoïa croissante» parmi des immigrés russes à la suite de cette affaire et sur la détérioration des relations russo-britanniques.

    Cependant, il faudrait avouer que la paranoïa semble plutôt régner dans les esprits de ceux qui ne se lassent pas de découvrir de nouveaux détails de la toute-puissance de la Main du Kremlin. Parmi eux, la Henry Jackson Society qui porte le nom de l'auteur des sanctions antirusses de 1974 et qui voisine avec le bâtiment des services spéciaux MI5.

    Lire aussi:

    Moscou: soit Londres est incapable de se protéger, soit il est derrière l’affaire Skripal
    Pour se venger de Moscou, May décrète des sanctions contre son propre pays
    Kremlin: Skripal ne représentait «aucune valeur» pour la Russie, pourquoi l’empoisonner?
    Tags:
    La Main du Kremlin, informateur, menaces, services secrets, espionnage, Kremlin, Vladimir Poutine, Royaume-Uni, Londres, Moscou, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik