International
URL courte
16160
S'abonner

L'incident survenu le 11 octobre sur la base de Florennes où un F-16 stationné au sol a détruit un autre chasseur du même type a été provoqué par un tir accidentel résultant probablement d'une «erreur humaine», a déclaré mercredi Steven Vandeput, ministre belge la Défense, confirmant ainsi la version initiale.

Un tir accidentel effectué depuis un chasseur F-16 stationné au sol a effectivement été la cause de la destruction d'un autre chasseur F-16 ainsi que deux autres appareils du même type le 11 octobre sur la base de Florennes en Belgique, écrit le site Sudinfo.be.

«L'explosion […] a été provoquée par un tir de canon inopiné d'un autre F-16 qui se trouvait en maintenance. Les causes précises qui ont mené à cet incident font toujours l'objet d'une enquête menée par le service Aviation Safety Directorate [ASD, l'unité chargée au sein de la Défense de la sécurité aérienne et des enquêtes en cas d'accidents et incidents aériens, ndlr], le SGRS [le service de renseignement de l'armée] et le parquet fédéral», a indiqué le chef de la Défense du pays Steven Vandeput.

M. Vandeput a également précisé qu'aucune défaillance technique n'avait été découverte par les enquêteurs qui se sont concentrées sur une «erreur humaine» commise par un armurier chargé de contrôler le canon de bord de l'avion en cours de maintenance.

Rappelons que le F-16 touché par des tirs de canon Vulcan M61A-1 a rapidement pris feu et a explosé parce qu'il était rempli de carburant et était prêt à effectuer une sortie dans l'après-midi du même jour. Après l'incident, deux techniciens avaient été traités pour des troubles auditifs.

Lire aussi:

Un épidémiologiste de l’Institut Pasteur met en garde la France
Cas de Covid-19 importés d’Algérie: «on donne le bâton pour se faire battre»
Macron a déjà contredit Castex sur le remaniement, moins de 48 heures après sa nomination
Certains gels hydro-alcooliques peuvent cacher un danger mortel
Tags:
incident, F-16 Fighting Falcon, Belgique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook