International
URL courte
24883
S'abonner

La possible sortie de la Russie du Conseil de l’Europe créerait de nouvelles lignes de division en Europe, avertit le secrétaire général de cette organisation internationale, Thorbjørn Jagland. Il a qualifié cette menace de «Ruxit».

Thorbjørn Jagland, secrétaire général du Conseil de l'Europe, a mis en garde contre l'apparition de nouvelles lignes de division en Europe au cas où la Russie quitterait le Conseil de l'Europe.

«Il y a une menace réelle que l'Europe se confronte, non seulement au Brexit, mais aussi à un Ruxit», a-t-il déclaré jeudi, lors d'une conférence presse conjoint avec le ministre finlandais des Affaires étrangères.

Selon le secrétaire général du Conseil de l'Europe, la sortie de la Russie de cette organisation pourrait priver les Russes de la possibilité de s'adresser à la Cour européenne des droits de l'homme.

Le chef de la diplomatie finlandaise, Timo Soini, a, à son tour, déclaré que son pays, qui préside actuellement le Comité des ministres du Conseil de l'Europe, n'envisageait pas de lancer la procédure d'exclusion de la Russie de cette organisation pour le non-versement de ses contributions.

Après la réunification de la Crimée avec la Russie en 2014, l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe avait adopté une résolution condamnant les actions de Moscou. Au début du mois de janvier 2015, l'APCE a privé la Russie de son droit de vote, laquelle a réagi en suspendant sa participation à cette structure. Moscou n'envoie plus, depuis 2016, les documents nécessaires à l'accréditation de la délégation russe.

À la fin du mois de juin de 2017, Sergueï Lavrov, chef de la diplomatie russe, a informé Thorbjørn Jagland, secrétaire général du Conseil de l'Europe, que la Russie, un des principaux donateurs de cette organisation, suspendait ses versements (presque 110 millions d'euros, selon des experts) jusqu'à ce que le rétablissement du mandat de sa délégation soit pleinement rétabli.

Début octobre, Thorbjørn Jagland a rappelé que, si un pays ne versait pas ses contributions pendant deux ans, le Comité des ministres pouvait examiner le dossier de cet État.

Début novembre, M. Lavrov et M. Jagland ont discuté de cette question lors d'une conversation téléphonique. Selon le chef de la diplomatie russe, Moscou veut rester au sein du Conseil de l'Europe et ne s'en retirera que si les autres pays membres prennent une décision sur son expulsion.

Lire aussi:

Darmanin prédit des «décisions difficiles» pour lutter contre l'épidémie de Covid-19
Venue vider le logement de son père défunt, elle fait une découverte explosive
Trois scénarios à l'étude au sein de l'exécutif face à l'accélération de l'épidémie
Il veut bannir «les opinions de droite»: qui est Geoffroy de Lagasnerie?
Tags:
sortie, Conseil de l'Europe, Thorbjorn Jagland, Sergueï Lavrov, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook