Ecoutez Radio Sputnik
    Le légendaire hôtel de Marrakech, La Mamounia. Photo d'archive

    Privatisation de La Mamounia: le Maroc espère toucher le pactole

    © AFP 2018 ABDELHAK SENNA
    International
    URL courte
    7112

    Le légendaire hôtel de Marrakech, La Mamounia, a été inscrit ce jeudi sur la liste d’entreprises publiques privatisables à partir de 2019. Selon le porte-parole du gouvernement marocain, cette opération est susceptible de générer des recettes significatives pour le budget du pays.

    Le Conseil du gouvernement marocain a approuvé le projet de loi autorisant le transfert de certaines entreprises publiques au secteur privé, a annoncé le 8 novembre le porte-parole du gouvernement et ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement et la Société civile, Mustapha el-Khalfi.

    Sur la liste des entreprises privatisables, figure notamment le palace La Mamounia, situé dans la capitale touristique du pays, Marrakesh. Cet hôtel a accueilli depuis 1922 de nombreux hôtes de marque du monde entier, parmi lesquels Winston Churchill, Ronald Reagan, Jacques Chirac, Orson Welles, Nelson Mandela, Hillary Clinton, et Elton John.

    Selon M. el-Khalfi, cette opération pourrait rapporter six milliards de dirhams (environ 1,5 milliard de dollars) au budget du pays. Il a précisé que le gouvernement avait l'intention d'employer ces recettes afin de réaliser son ambition de soutien socio-économique.

    Depuis le lancement du premier programme de privatisations, en 1993, 77 sociétés ont été cédées, totalement ou partiellement, au secteur privé, pour un montant total de plus de 103 milliards de dirhams (environ 27 milliards de dollars).

    Lire aussi:

    Maroc-Algérie: vers une nouvelle ère des relations bilatérales?
    Commerce Maroc-Tunisie: Rabat répond à la plainte de Tunis auprès de l’OMC
    Le Gouvernement marocain menace de représailles des boycotteurs de grandes marques
    Tags:
    budget, privatisation, Marrakech, Maroc
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik