Ecoutez Radio Sputnik
    Le port iranien de Chabahar

    «L’Inde aurait reçu le "feu vert" des USA pour investir dans le port iranien de Chabahar»

    © REUTERS / Raheb Homavandi/File Photo
    International
    URL courte
    780

    Le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, a décidé de faire exception pour certaines sanctions visant l’Iran, notamment pour ne pas entraver le développement du port iranien de Chabahar, ayant une importance cruciale pour l’économie de l’Afghanistan voisin. Deux politologues iraniens ont commenté la situation pour Sputnik.

    La transformation du port de Chabahar en important hub de transit va incontestablement élever le rôle de l'Iran dans la région, tout en contribuant à l'essor de ses provinces à l'est, a estimé dans un entretien accordé à Sputnik Pir Mohammad Mollazehi, spécialiste iranien de l'Afghanistan, de l'Inde et du Pakistan.

    «Chabahar est l'unique port se trouvant en dehors du golfe Persique qui débouche sur l'océan, ce qui a une portée stratégique pour l'Iran», a expliqué l'interlocuteur de l'agence.

    Selon ce dernier, deux ports, Chabahar en Iran et Gwadar en Inde, méritent une attention particulière, ces deux pays rivalisant au niveau régional.

    Un autre interlocuteur de Sputnik, l'américaniste iranien Reza Rezakhah a également confirmé l'importance stratégique du port de Chabahar pour l'Iran.

    «Les investisseurs qui ont investi dans Chabahar, et notamment l'Inde considère ce port comme moyen de réaliser ses ambitions à long terme, ainsi que comme instrument stratégique dans sa rivalité avec la Chine. À première vue, on pourrait croire que les États-Unis créent des obstacles au développement du port, mais il n'en est rien. Sinon l'Inde n'aurait jamais investi dans ce port», a indiqué le politologue.

    Il suppose qu'en raison de la présence de la Chine à Gwadar, les États-Unis préfèrent autoriser l'Inde à travailler à Chabahar, tant que les relations entre Washington et Téhéran restent hostiles pour que ce port échappe au contrôle de la Chine ou des pays européens.

    «Autrement dit, on a tout lieu de supposer que l'Inde aurait reçu le "feu vert" des États-Unis pour investir dans le port iranien de Chabahar», a résumé M. Rezakhah.

    Les médias relatent l'une des exemptions les plus significatives au volet de sanctions nouvellement imposées par les États-Unis à l'Iran et à ses partenaires économiques. Sur décision du secrétaire d'État américain, Mike Pompeo, Washington ne visera pas le port de Chabahar, un hub maritime régional en développement dans le sud de l'Iran.

    Toujours selon la presse, Washington tolérera également la construction d'une ligne ferroviaire entre Chabahar et l'Afghanistan voisin, ainsi que la livraison au port de biens «humanitaires» — ce qui pourrait inclure le commerce de produits alimentaires et médicaux. Kaboul sera, enfin, autorisé à poursuivre ses importations de produits pétroliers iraniens.

    Lire aussi:

    Corridor Iran-Pakistan: une poudrière sur la carte du monde
    Un chasseur des forces aériennes iraniennes s'écrase au sud-est du pays
    Stratégie Indo-Pacifique américaine: changement d’attitude pour New Delhi?
    Tags:
    pétrole, commerce, économie, océan, port, sanctions, Sputnik, Ali Reza Rezakhah, Mike Pompeo, Pir Mohammad Mollazehi, Kaboul, Gwadar, Afghanistan, Chine, Golfe persique, Inde, États-Unis, Iran, Chabahar
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik