International
URL courte
12450
S'abonner

Des exigences plus strictes envers les médias russes dans les États occidentaux ainsi que les réclamations à l’égard des journalistes de la part de ces pays témoignent que la Russie ne perd pas la guerre informationnelle, a déclaré la porte-parole de la diplomatie russe.

Lors d'une interview accordée à la chaîne russe NTV, la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, a commenté la situation autour des médias russes en Occident et de la guerre informationnelle.

«Si nous la perdions [la guerre informationnelle, ndlr], plusieurs choses seraient différentes. Des lois nationales renforçant les exigences vis-à-vis des médias, du journalisme en France, en Allemagne, au Royaume-Uni, ne seraient donc pas réécrites en urgence actuellement. Des propriétaires et des représentants des réseaux internationaux ne seraient donc pas convoqués en urgence avec la demande de bloquer tout ce qui est lié à la Russie, il n'y aurait donc pas de réclamations envers nos journalistes, si nous perdions», a souligné Mme Zakharova.

Selon la porte-parole de la diplomatie russe, «ils nous ont fait apprendre pendant longtemps, la question est de savoir s'ils étaient sincères ou pas, mais nous avons réussi à apprendre, et nous avons commencé à le faire même mieux en grande partie». Maria Zakharova a souligné que «nous sommes devenus plus ouverts que ceux qui nous ont appris». D'après elle, l'Occident sent qu'il a perdu maintenant.

«Le moment d'une confusion totale est arrivé, c'est leur grande erreur, à savoir la réduction de la liberté chez eux et de la liberté à notre égard, à l'égard de comment nous diffusons l'information. C'est une erreur colossale de leur part», a souligné la porte-parole de la diplomatie russe.

La tension qui règne autour des médias russes en Occident ne cesse de monter. En novembre 2016, le Parlement européen a adopté une résolution appelant à lutter contre les médias russes et notamment contre Sputnik et RT. Plusieurs hommes politiques, y compris des membres du Congrès américains, ainsi que le Président français ont accusé Sputnik et RT d'ingérence dans les élections aux États-Unis et en France, sans toutefois fournir de preuves. Les dirigeants russes ont qualifié ces déclarations d'infondées.

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Covid 19: un cardiologue camerounais met en garde contre le traitement du professeur Raoult
Édouard Philippe prolonge le confinement pour deux semaines
L'Italie enregistre son pire bilan de morts en 24 heures depuis le début de l'épidémie
Tags:
journalistes, journalisme, médias, entretien, guerre de l’information, Maria Zakharova, Allemagne, Royaume-Uni, Occident, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook