International
URL courte
335
S'abonner

En prévision des élections de mi-mandat aux États-Unis, les dirigeants de Facebook ont décidé de se protéger des «hackers russes». Le plus grand réseau social du monde a opté pour les lettres sur papier pour la publicité politique.

Soucieux de se protéger contre les «hackers russes» à la veille des élections de mi-mandat aux États-Unis, Facebook a préféré envoyer par la poste traditionnelle les codes nécessaires pour la mise en ligne de la publicité politique. Le député républicain de la Chambre des représentants de l'État américain d'Hawaï Bob McDermott a expliqué à la chaîne de télévision 360° quelles difficultés ce recours paranoïaque au genre épistolaire engendrait lors de la publication d'annonces.

«À l'heure actuelle, si je veux faire paraître une publicité à caractère politique via Facebook, ce que j'ai déjà fait, je dois prendre la photo des deux faces de mon permis et envoyer les images à Facebook. Ensuite Facebook m'envoie un code secret par la poste traditionnelle, à l'ancienne. Après quoi je compose le code secret et je publie mon annonce», a-t-il raconté.

Selon lui, de cette façon les dirigeants du réseau social veulent se protéger des hackers chinois et russes, mais les autorités américaines et Facebook ne sont nullement préoccupés par la perspective d'interception de la lettre par des tiers.

«Ils veulent être sûrs que je suis un homme réel et non pas un criminel chinois ou russe», a-t-il précisé.

M.McDermott a ajouté qu'en suivant cette procédure le client devait attendre de 7 à 10 jours pour obtenir son code secret.

Les élections de mi-mandat aux États-Unis ont eu lieu mardi dernier. D'après les résultats préliminaires, les Républicains auraient renforcé leur courte majorité au Sénat d'au moins deux sièges, tandis que les Démocrates auraient repris le contrôle de la chambre basse du Congrès avec 27 sièges supplémentaires, obtenant exactement 218 représentants, soit le minimum pour une majorité.

Auparavant, des responsables américains avaient accusé la Russie d'avoir mené des cyberattaques sur les systèmes informatiques des organisations politiques américaines afin d'influencer les résultats de l'élection présidentielle de 2016.

La Russie a à plusieurs reprises démenti toute ingérence dans les affaires intérieures d'autres pays ainsi que toutes tentatives d'exercer une influence sur les processus électoraux. Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a qualifié ces allégations d'«absolument infondées».

Lire aussi:

Plus de 20.000 manifestants pour réclamer justice pour Adama, des gaz lacrymogènes tirés
«Folie furieuse de Macron», «idéologie des eurodingos»: bientôt un impôt européen?
Violent incendie dans le IIe arrondissement de Paris - vidéo
Moscou réagit à l'attaque de la police US contre une journaliste de Sputnik
Tags:
hackers, mi-mandat, réseaux sociaux, poste, Facebook, Inc, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook