International
URL courte
Par
0 12
S'abonner

Trois otages, dont deux élèves qui avaient été kidnappés le 5 novembre dernier, en même temps que 79 autres à Bamenda dans le nord-ouest anglophone du Cameroun, ont retrouvé la liberté lundi 12 novembre. Sur les 79 autres otages, 78 élèves avaient déjà été libérés deux jours après cet enlèvement à la Presbyterian Secondary School.

Soulagement au Cameroun. Sur les quatre otages qui restaient encore en captivité après un enlèvement massif à la Presbyterian Secondary School de Bamenda, dans le nord-ouest anglophone du Cameroun, trois ont retrouvé la liberté lundi 12 novembre. Il s'agit de deux élèves et de la directrice de cet établissement. Pour l'heure, les circonstances et les conditions de leur libération ne sont pas connues. Les personnes concernées ont été enlevées le 5 novembre dernier, en même temps que 79 autres individus dans cette localité du Cameroun située dans une région en proie à une violente crise séparatiste. Deux jours après cet enlèvement, les autorités camerounaises avaient annoncé la libération de 79 otages, dont 78 écoliers et un encadreur.

Dans un communiqué relayé mercredi 7 novembre, le porte-parole de l'armée camerounaise, le colonel Didier Badjeck, est revenu sur les circonstances de la libération des 79 otages.

«Après plusieurs reconnaissances engageant de gros moyens de surveillance, notamment aériens, la zone de probabilité de la cachette s'est précisée sur la Presbyterian's school de Bafut. La zone a été bouclée et au regard de cette pression, les terroristes ont libéré les enfants. L'assaut a été proscrit pour ne pas faire courir de risques aux otages.»

Il s'agissait du plus important kidnapping dans cette zone anglophone depuis le début de ce conflit armé. Dès l'annonce de cet enlèvement massif qui a choqué le Cameroun, les autorités ont porté leur soupçon vers les sécessionnistes. Dans les deux régions anglophones du nord-ouest et du sud-ouest du Cameroun, une crise sociopolitique sans précédent s'est installée fin 2016. Elle s'est transformée fin 2017 en conflit armé, faisant des centaines de morts et des milliers de déplacés.

 

Lire aussi:

Trump va-t-il bombarder l’Iran pour éviter un nouvel accord nucléaire avec Biden?
L'armée américaine se préparerait à frapper l'Iran, selon un spécialiste israélien
Un homme tabassé par trois policiers à Paris, qui ont de plus menti dans leur rapport – vidéo choc
Tags:
otage, enlèvement, Presbyterian Secondary School de Bamenda, Presbyterian's school de Bafut, Didier Badjeck, Cameroun
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook