Ecoutez Radio Sputnik
    Le ministère russe des Affaires étrangères

    Moscou espère que la France accréditera les journalistes de Sputnik

    © Sputnik . Maksim Blinov
    International
    URL courte
    12270

    Les autorités russes comptent sur l'accréditation de Sputnik et RT en France après un an de refus, d'après Maksim Bouïakevitch, un responsable du ministère russe des Affaires étrangères interrogé par Sputnik.

    Moscou espère que les informations sur l'attitude positive de la présidence française concernant l'accréditation des journalistes de Sputnik et RT France sont une hirondelle qui annonce le printemps, a déclaré mardi à Sputnik Maksim Bouïakevitch, directeur adjoint par intérim du département de l'information et de la presse du ministère russe des Affaires étrangères.

    «Nous espérons que ces informations se confirmeront, mais nous ne le considérons pas comme un événement extraordinaire. La France, qui veut être en tête en matière de protection des valeurs démocratiques en Europe, y compris de la liberté d'expression, ne peut pas se permettre de mener une politique imposant des restrictions infondées aux médias étrangers qui travaillent sur son territoire», a indiqué M.Bouïakevitch à Paris.

    L'agence Reuters a précédemment annoncé, citant un conseiller du Président Emmanuel Macron, que l'Élysée serait prêt à accréditer Sputnik et RT France, d'autant plus que les deux médias l'ont déjà été pour les commémorations du 11 novembre dernier organisées à l'occasion du centenaire de l'Armistice de 1918.

    «Je voudrais noter que les journalistes français accrédités en Russie peuvent exercer leur métier en toute liberté et qu'ils n'ont pas de difficultés», a ajouté le diplomate russe.

    Selon lui, les journalistes étrangers ne vivent pas dans une ambiance d'hostilité en Russie, où on ne les traite pas d'outils de propagande.
    Il a estimé que les médias russes, qui exercent leur profession en France dans le respect le plus strict des normes déontologiques, sont en droit d'attendre à leur endroit une attitude similaire.

    «Nous sommes toujours prêts à mener un dialogue constructif avec nos partenaires français sur l'ensemble des dossiers liés aux médias en vue de créer un espace d'information libre», a-t-il noté.

    Sputnik France attend une confirmation officielle de la part de l'Elysée, a annoncé mardi Natalia Novikova, sa rédactrice en chef.

    «J'aimerais entendre la confirmation officielle de l'Elysée. Mais cette attitude, même de la part d'un conseiller du Président, dont le nom n'a pas été précisé, laisse entrevoir une approche constructive des autorités, alors que nous pensions déjà qu'elle était impossible. Sputnik France est pour sa part prêt à soutenir l'initiative d'Emmanuel Macron visant à lutter contre les véritables "fake news" et non contre les médias "indésirables"», a déclaré Mme Novikova.

    Depuis un an, les journalistes de Sputnik en France se voient régulièrement refuser leur accréditation auprès du ministère français des Affaires étrangères. Ils ne reçoivent pas d'accréditation pour assister aux événements organisés par l'Élysée ou par les ministères français.

    Le ministère russe des Affaires étrangères a entrepris des efforts diplomatiques intenses pour améliorer la situation des deux médias en France. Toutefois, Paris n'a jamais fourni d'explications officielles concernant sa décision de ne pas accréditer les journalistes de Sputnik et de RT France. Lors de rencontres à huis clos, les diplomates russes ont appris que ce serait «la décision personnelle du locataire de l'Élysée», d'après la porte-parole du ministère russe, Maria Zakharova.

    Lire aussi:

    Lavrov à Sputnik discriminé en France: pas question de «se venger» sur les médias français
    Macron déciderait seul quels médias accepter ou pas en son palais
    Zakharova: Sputnik a prouvé qu’il faisait du journalisme, non de la propagande
    Tags:
    accréditation, RT France, Elysée, ministère russe des Affaires étrangères, Sputnik, Natalia Novikova, Maksim Bouïakevitch, Paris, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik