Ecoutez Radio Sputnik
    Bachar el-Assad

    Des otages druzes libérés portent sur leur dos Bachar el-Assad en remerciement (vidéo)

    © AFP 2019 LOUAI BESHARA
    International
    URL courte
    301113

    Ravis d’être finalement libérés de leur captivité chez Daech*, des Druzes reçus par Bachar el-Assad ont porté sur leurs épaules le Président syrien.

    Les habitants de la province syrienne de Soueïda, reconnaissants d'avoir été libérés des terroristes de Daech*, ont porté sur leurs épaules le Président syrien Bachar el-Assad lors d'une réception.

    Mardi dernier, le Président a rencontré les captifs libérés et leurs familles. Les terroristes les ont retenus pendant plus de trois mois.

    Sur une vidéo publiée par le journal Al-Watan, l'on peut voir plusieurs hommes porter leur Président avant de l'asseoir sur les épaules de l'un d'entre eux, sous les clameurs de femmes. M.Assad a même failli heurter le lustre avec sa tête.

    Puis l'assistance a scandé des slogans de soutien à Bachar el-Assad et à la Syrie.

    Sur une autre vidéo, publiée cette fois-ci par le service de presse présidentiel, l'on voit des membres de la communauté de Soueïda proposer une tasse de thé à leur Président, avant de casser celle-ci, comme le veut la tradition.

    Les militaires syriens, épaulés par des officiers du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, ont libéré, le 8 novembre dernier, 19 otages capturés par Daech* en juillet dans la province de Soueïda. 15 enfants et quatre femmes d'origine druze ont été retenus pendant plus de trois mois près de la localité de Hamim à l'est de Palmyre.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    L’Iran et la Russie sont-ils les vraies cibles de l’attaque des deux pétroliers en mer d’Oman?
    L'armée US annonce diffuser de nouvelles images de l'attaque des pétroliers en mer d'Oman
    En défiant les USA, un pays membre de l’UE lance un réseau 5G avec l’aide de Huawei
    Tags:
    vidéo, Druzes, libération, Etat islamique, Bachar el-Assad, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik