International
URL courte
3270
S'abonner

Une chaîne de télévision ukrainienne a diffusé le 7 novembre une carte du pays où la Crimée, revendiquée à grands cris par Kiev, était «habillée» aux couleurs de la Russie. Le Conseil national pour la radio et la télévision a décidé de lancer un contrôle de la chaîne, affirmant que celle-ci avait violé plusieurs lois.

La chaîne de télévision ukrainienne NewsOne a diffusé en direct une carte du pays sans la Crimée, a annoncé ce mercredi l'agence Ukrinform.

Le 7 novembre dernier, le journal télévisé du matin a présenté une carte de l'Europe intitulée «le plus grand partenaire acheteur commercial » pour illustrer la position de l'Union européenne sur les questions économiques. Sur l'infographie, la Crimée arborait fièrement la même couleur que la Russie.

Le Conseil national pour la radio et la télévision d'Ukraine a d'ores et déjà décidé d'organiser un contrôle de la chaîne, indiquant que cette dernière avait violé plusieurs articles des lois sur l'audiovisuel et l'information.

L'Ukraine est régulièrement secouée par des scandales concernant les cartes de la péninsule russe. Ainsi, Bloomberg a publié l'été dernier une carte avec une Crimée de couleur «neutre», n'appartenant à personne.

Russe depuis 1783, la Crimée a été transférée pour des raisons administratives en 1954 par Nikita Khroutchev, alors dirigeant de l'Union soviétique, à la République socialiste d'Ukraine. En 2014, les habitants de cette péninsule ont exprimé par référendum leur choix de quitter l'Ukraine et de réintégrer la Russie.

Lire aussi:

Où est passé le navire ayant apporté le nitrate d’ammonium à Beyrouth?
Six touristes français tués dimanche au Niger par des hommes armés
Les Français tués au Niger étaient en mission humanitaire, selon la Défense nigérienne
Une rixe d’une rare violence filmée en pleine rue à Fleury-Mérogis – vidéo
Tags:
référendum, chaîne de télévision, infographie, carte, Union européenne (UE), Nikita Khrouchtchev, Crimée, Ukraine, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook