Ecoutez Radio Sputnik
    Air Algérie

    Air Algérie fait-elle voler ses avions sans révision technique préalable?

    © AFP 2018 Joel Saget
    International
    URL courte
    167

    Suite au débrayage des techniciens de la maintenance dans les aéroports algériens, on ne sait pas qui révise les avions d’Air Algérie, a déclaré le premier responsable syndical de ce corps professionnel en tirant la sonnette d’alarme quant au danger de faire décoller les aéronefs sans contrôle technique préalable.

    Dans le contexte de la grève de ses techniciens de maintenance depuis le 11 novembre, on ne sait pas si la compagnie aérienne Air Algérie a fait appel à des professionnels étrangers ou au sein de l'armée algérienne pour assurer l'entretien de ses aéronefs, ou si elle les fait décoller sans contrôle technique préalable. C'est ce qu'a déclaré le 14 novembre Ahmed Boutoumi, le président du Syndicat des techniciens de la maintenance (SNTMA) de la compagnie algérienne, lors d'un entretien avec la chaine satellite privée Ennahar TV, dégageant ainsi toute responsabilité de son organisation quant à ce qui pourrait advenir.

    «Nous sommes responsables de nos actes et nous considérons que le fait de faire voler les avions sans maintenance préalable représente un véritable danger pour les passagers», a déclaré le responsable syndical.

    Selon ce même représentant des travailleurs, dans plusieurs pays européens, les responsables d'aéroports auraient d'ores et déjà mis en garde leurs homologues d'Air Algérie quant aux répercussions de la grève de ses techniciens de maintenance sur la sécurité. Sur cette question, M.Boutoumi, a rejeté toute responsabilité de son corps professionnel au cas où un accident grave survenait faute de maintenance des avions de la compagnie algérienne.

    S'exprimant sur le licenciement «abusif» de douze ingénieurs et la suspension de quatorze mécaniciens grévistes par la direction générale de la compagnie aérienne, le syndicaliste a précisé que ces décisions ont eu pour effet d'étendre le mouvement de grève à l'ensemble des aéroports du pays, alors qu'il se cantonnait au départ à l'aéroport d'Alger. «On est tous prêts à être licenciés», a-t-il encore renchéri.

    Parmi les revendications du SNTMA, on compte notamment, «la révision de la grille des salaires et des primes conformément aux dispositions de la convention collective», «l'accélération de l'intégration des travailleurs sous contrats à durée déterminée» et «l'arrêt des mises à pied abusives et des ponctions sur salaires sans motifs valables», selon Ahmed Boutoumi.

    Pour rappel, la direction générale d'Air Algérie a appelé le mardi 13 novembre dans un communiqué les techniciens de la maintenance à la responsabilité, en affirmant qu'en réponse aux revendications syndicales citées ci-dessus, des «gratifications» ont été accordées aux travailleurs au détriment de l'investissement.

    Lire aussi:

    Alors que le trafic aérien chute avec Paris, Alger ouvre une nouvelle ligne avec Bruxelles
    Air Algérie va acheter 30 nouveaux avions avec 1,5 milliard d'euros du contribuable
    Erdogan à Alger, pourra-t-il booster l’économie et régler les divergences géopolitiques?
    Tags:
    grève, syndicats, technique de sécurité, révision, opération de contrôle, Air Algérie, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik