Ecoutez Radio Sputnik
    Rome

    La maire de Rome détaille le sort des «rues fascistes» de la ville

    © Sputnik . Alexander Wilf
    International
    URL courte
    2316

    La maire de Rome compte renommer les rues de la ville, qui portent actuellement les noms d’éminents fascistes des années 1930 ayant signé le Manifeste Racial antisémite.

    Virginia Raggi, la maire de la capitale italienne, a déclaré la guerre à la glorification du fascisme et envisage désormais de renommer les rues de la ville qui ont été nommées par le passé en l'honneur de fascistes italiens, relate le site The Local.

    Il s'agit entre autres de la Via Arturo Donaggio, qui porte le nom de l'ancien président de la société italienne de psychiatres, et de la Via Edoardo Zavattari, proche du parc d'attractions Cinecittà World, qui doit son nom à un zoologiste italien.

    Des étudiants ont déjà présenté leurs suggestions pour les nouveaux noms des rues lors d'une réunion avec la maire, tenue le 15 novembre. Parmi les suggestions, figurent les noms de scientifiques opposés au fascisme et «purgés» par la loi, notamment Nella Mortara, Mario Carrara, Pierina Scaramella, Enrica Calabresi, Franco Rasetti, Emilio Segre et Bruno Touschek.

    Lors de la réunion, Ruth Dureghello, présidente de la communauté juive de Rome, a déclaré qu'il était important d'impliquer les jeunes et de leur faire sentir qu'ils font partie de l'histoire. «C'est précisément cette conscience de l'histoire qui protège de l'intolérance, du racisme et de l'antisémitisme», a-t-elle tenu à souligner.

    En fait, 80 ans après la signature du Manifeste Racial, l'Italie continue de nommer les rues d'après des héros fascistes. Mme Raggi aurait été surprise d'apprendre qu'en juin de cette année la majorité des politiciens du Mouvement 5 étoiles ont soutenu le projet visant à nommer une rue dans la capitale d'après Giorgio Almirante, fondateur du mouvement social italien fasciste (MSI).

    Mme Raggi a par la suite demandé aux conseillers du Mouvement de préparer un projet de loi interdisant de nommer les rues selon des personnages fascistes ou des personnes qui se seraient présentées comme antisémites ou racistes. «Rome est antifasciste», a déclaré Raggi en janvier, ajoutant qu'elle espérait que la capitale pourrait donner l'exemple à d'autres villes italiennes en supprimant les noms de rues qui «représentaient une honte pour notre pays».

    Le Manifeste Racial, publié le 15 juillet 1938 dans Il Giornale d'Italia, visait à donner un poids «scientifique» aux lois raciales adoptées sous la dictature de Benito Mussolini. En vertu de ces lois, les Juifs italiens ont été déchus de leur citoyenneté et interdits d'exercer certaines professions ou d'aller à l'école.

    Lire aussi:

    Italie: la proposition de loi contre la propagande fasciste divise la société
    La France renvoie ses migrants en cachette, Salvini dénonce des «reconductions abusives»
    «Recensement raciste»: comment résoudre la question des Roms en Italie?
    Tags:
    nazis, fascisme, Rome, Italie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik