Ecoutez Radio Sputnik
    dollars

    Combien pourrait coûter l’armée spatiale voulue par Trump aux contribuables américains?

    CC0 / PublicDomainPictures
    International
    URL courte
    520

    Les autorités américaines sont prêtes à allouer un maximum de 10 milliards de dollars, selon le premier vice-ministre de la Défense du pays. Une somme qui est pourtant inférieure au projet initial évoqué par AP.

    La création d'une force spatiale lancée par Donald Trump à la mi-juin pourrait coûter aux États-Unis entre 5 et 10 milliards de dollars (de 4,4 à 8,8 milliards d'euros environ), estime le premier vice-ministre de la Défense du pays Patrick Shanahan.

    Selon le responsable du Pentagone, cette somme constitue le budget maximal que les autorités américaines sont prêtes à allouer, indique le journal The Hill.

    Citant un document de la secrétaire de l'US Air Force, Heather Wilson, l'agence AP a fait savoir en septembre que la mise en place de l'armée spatiale pourrait coûter aux contribuables américains près de 13 milliards de dollars (près de 11,4 milliards d'euros) au cours des cinq premières années.

    Le 18 juin, Donald Trump a ordonné au Pentagone de créer une Force spatiale en tant que nouvelle branche indépendante des Forces armées du pays. Selon ses dires, les États-Unis sont résolus à obtenir le leadership dans l'espace et n'envisagent pas de «traîner» derrière la Russie et la Chine.

    La Russie a pour sa part exprimé sa préoccupation concernant la volonté de Donald Trump de créer une force armée de l'espace indépendante de l'armée de l'air, redoutant un «impact déstabilisateur» sur la sécurité internationale.

    La Russie dispose depuis 2001 d'une force spatiale, qui dépend de l'armée de l'Air.

    Lire aussi:

    Forces spatiales US: Trump reconnaît la supériorité de la Russie
    Moscou répond aux ambitions militaires spatiales de Washington
    Le Pentagone doit-il vraiment créer ses troupes spatiales? Un général US répond
    Tags:
    Donald Trump, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik