Ecoutez Radio Sputnik
    Theresa May

    Un eurodéputé du Royaume-Uni sur le Brexit: Theresa May «a trahi son pays»

    © REUTERS / Toby Melville/File Photo
    International
    URL courte
    480

    Dans une interview accordée à Sputnik, le député européen et membre du Parti pour l'indépendance du Royaume-Uni (UKIP) David Coburn a expliqué pourquoi il tenait à l’idée d’un Brexit sans aucun accord avec l’UE et pourquoi Theresa May s’était avérée être une Première ministre inefficace devant démissionner.

    La présentation par Theresa May devant le parlement de l'accord sur le Brexit validé par le gouvernement a été suivie d'une série de démissions ministérielles. Le député du Parti pour l'indépendance du Royaume-Uni (UKIP) David Coburn s'est entretenu avec Sputnik de l'inutilité de cet accord et explique pourquoi il est le pire de l'histoire.

    «C'est le pire accord que le monde ait jamais connu, le pire accord dans le monde, il est absolument ridicule. C'est pire que d'être au sein de l'Union européenne, cela n'a aucun avantage, que des inconvénients. Aucune personne saine d'esprit ne l'acceptera. J'estime qu'elle a trahi le pays et qu'elle a trahi son parti. Et elle a induit en erreur ses ministres qui démissionnent en masse et je ne le leur reproche franchement pas — c'est affreux.»

    David Coburn estime que la fin du Parti conservateur est évidente, qu'on assiste à un affrontement ouvert. À la question de savoir si Theresa May devrait quitter son poste, le député lance qu'elle «n'aurait jamais dû y être nommée».

    «Elle devrait absolument démissionner. C'est une honte, ce qu'elle a fait au pays est épouvantable. Elle nous a dirigés pendant ces deux années au cours desquelles nous aurions dû nous préparer à la sortie du pays sans accord. Elle n'a pas fait grande chose pour gérer la situation.»

    Il insiste sur le fait que l'Union européenne n'a pas le droit de se mêler des affaires des États souverains:

    «L'UE n'est pas notre amie, ils sont nos ennemis, ils veulent nous détruire. […] L'UE n'a pas le droit de s'ingérer dans les affaires intérieures des États souverains. Voilà pourquoi personne ne s'est mêlé de la question espagnole.»

    Et de poursuivre qu'ils semblent être contents de s'ingérer dans la question de l'Irlande du Nord:

    «La République irlandaise n'est pas notre amie, nous leur avons octroyé d'énormes sommes d'argent lorsqu'ils ont fait faillite. Très franchement, ils nous ont tiré le tapis sous les pieds et ils cherchent aussi un conflit avec nous. C'est une honte. La Première ministre n'aurait pas dû laisser le pays se retrouver dans une situation si embarrassante. Elle n'est pas apte à occuper ce poste.»

    David Coburn estime que la meilleure solution pour le Royaume-Uni, c'est de sortir de l'Union européenne sans aucun accord:

    «J'ai toujours estimé que si nous quittions l'UE sans accord, ils quémanderaient à notre porte. Nous importons plus de chez eux que le contraire, ils ont donc besoin de nous.»

    D'après le député, les Français et les Allemands seront obligés de vendre leurs produits et d'entrer en concurrence avec d'autres États sur le marché international:

    «Les Français ont d'immenses problèmes pour vendre leurs produits, ils ont besoin de concurrencer l'Australie, la Nouvelle-Zélande, partout dans le monde. […] Nous sommes l'un des plus grands consommateurs de leur champagne. […] Les Allemands veulent vendre leurs voitures, mais c'est une évidence que les japonaises seront définitivement moins chères, si l'on ne parle pas que de l'Union européenne.»

    Et de conclure:

    «Nous avons besoin de sortir sans accord et nous conclurons des accords avec d'autres pays à travers le monde entier.»

    Theresa May a annoncé le 14 novembre que le gouvernement britannique avait approuvé le projet d'accord avec l'UE sur le Brexit. Selon ce document, le Royaume-Uni et l'UE mettront en place un espace douanier commun qui fonctionnera jusqu'à la fin des négociations sur les paramètres des futures relations entre Londres et Bruxelles. Les autorités britanniques ont promis de respecter leurs engagements financiers pris dans le cadre du budget pluriannuel 2014-2020.

    La question de la frontière entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande reste l'un des problèmes clés du Brexit: les parties doivent décider comment ne pas violer les conditions de l'accord de Belfast, empêcher la création d'une «frontière dure» entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande après le Brexit et ne pas porter atteinte à l'intégrité du Royaume-Uni.

    Le Royaume-Uni doit quitter l'Union européenne le 29 mars 2019.

    Lire aussi:

    Brexit: les dirigeants des 27 approuvent l'accord de divorce avec le Royaume-Uni
    The Times: l’armée UK prépare un plan d’urgence en cas de sortie de l’UE sans accord
    Un whisky et ça repart: Theresa May gère le Brexit
    Tags:
    sortie, Brexit, Union européenne (UE), Theresa May, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik