Ecoutez Radio Sputnik
    Des militaires belges

    La Belgique pourrait se doter d’une unité de forces spéciales féminine

    © REUTERS / Charles Platiau
    International
    URL courte
    1338

    L'armée belge envisage de se doter d’une unité des forces spéciales féminine fin 2019 ou début 2020, a annoncé RTBF, reprenant en cela une communication de la Défense.

    La Défense belge a l'intention de créer une unité des forces spéciales exclusivement féminine fin 2019 ou début 2020, a rapporté RTBF, suivant par là les déclarations du ministère belge de la Défense.

    Les femmes ont été autorisées à intégrer l'armée belge en temps de paix il y a 43 ans. Elles représentent cependant une part peu importante de ses effectifs: 7,8% seulement des quelque 27.000 militaires en service actif. Selon les chiffres transmis par la Défense, elles sont essentiellement présentes au sein des forces terrestres (863 engagées) et dans l'armée de l'air (601).

    En revanche, elles sont représentativement plus nombreuses parmi les hauts gradés (13,9% des officiers belges).

    En Belgique, le service militaire obligatoire a été supprimé en 1992. Cependant, depuis 2010, toute personne a le droit de l'effectuer à titre bénévole. Pour ce faire, les jeunes filles et jeunes hommes volontaires de moins de 24 ans suivent une formation rémunérée durant un an, après quoi ils reçoivent le droit de servir dans une unité de leur choix. Ils peuvent abandonner le service au cours de six premiers mois.

    Le service volontaire ne dure pas plus de trois ans, mais la durée augmente d'un an pour ceux qui voudraient devenir officiers. Pendant cette période de formation les militaires touchent une solde d'environ 21.000 euros nets d'impôts.

    Lire aussi:

    La Défense belge commente «l'interception» de bombardiers russes Tu-160 en mer du Nord
    Attentat de Bruxelles: l'auteur présumé identifié
    Huit princesses émiraties condamnées pour esclavagisme en Belgique
    Tags:
    service militaire, femmes, forces spéciales, Belgique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik