Ecoutez Radio Sputnik
    Le Kremlin

    Varsovie évoque une guerre après la construction de Nord Stream 2, Moscou répond

    © Sputnik . Natalia Seliverstova
    International
    URL courte
    34360

    Alors que le Premier ministre polonais a déclaré que la Russie attaquerait l’Ukraine dès qu’elle aura mené à bien la construction du gazoduc Nord Stream 2, le Kremlin a commenté ses propos en soulignant que c’était «une tentative de contraindre les Européens à acheter le gaz américain plus coûteux et qui ne leur est pas rentable».

    Le porte-parole du Président russe, Dmitri Peskov, a qualifié de «pas réussie dans l'ensemble» la récente déclaration du Premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki, prétendant que la Russie pourrait mener une offensive contre l'Ukraine après le lancement du gazoduc Nord Stream 2.

    «Nord Stream 2 est un projet économiquement et commercialement viable. En outre, il est économiquement attractif, non seulement pour le fournisseur, mais également pour les destinataires de ce gaz en Europe, principalement en Allemagne», estime Dmitri Peskov.

    Il a en outre évoqué les avantages pour les Européens de la construction du gazoduc, le projet étant souvent «politisé» et ciblé par des «insinuations».

    «Nous entendons des menaces directes contre ce projet de la part des États-Unis. Ce n'est rien d'autre qu'une manifestation de concurrence déloyale et la tentative de contraindre les Européens à acheter le gaz américain plus coûteux et qui ne leur est pas rentable», a conclu le porte-parole du Kremlin.

    En visite à Hambourg, le chef du gouvernement polonais Mateusz Morawiecki a déclaré que, selon lui, la Russie pourrait mener une offensive contre l'Ukraine après le lancement du gazoduc Nord Stream 2.

    Le projet Nord Stream 2 prévoit la construction de deux conduites longues de 1.200 kilomètres reliant le littoral russe à l'Allemagne par la mer Baltique. Sa capacité totale sera de 55 milliards de mètres cubes par an. Le coût du projet est évalué à près de 10 milliards d'euros.

    Les États-Unis avaient, auparavant et à plusieurs reprises, demandé aux pays européens de ne pas participer à ce projet, brandissant la menace de sanctions à leur égard.

    La chancelière Angela Merkel a pour sa part fait remarquer à plusieurs reprises que Berlin voyait en Nord Stream 2 un projet commercial. Cela étant dit, elle lie la construction au maintien du transit du combustible bleu russe via l'Ukraine. Moscou confirme qu'il s'agit d'un projet purement commercial et concurrentiel. Comme l'a déclaré par le passé Vladimir Poutine, le projet ne prévoit pas la baisse des livraisons du gaz vers l'Europe via l'Ukraine.

    Outre les États-Unis, la Lituanie, la Pologne et l'Ukraine expriment leurs préoccupations au sujet du projet. Or, les autorités russes et le gouvernement allemand pointent le fait que celui-ci consolidera la sécurité énergétique du Vieux Continent face à l'augmentation de la consommation de gaz.

    Lire aussi:

    Lavrov: les opposants à Nord Stream 2 «cherchent à plaire aux États-Unis»
    Poutine explique en quoi le gaz russe est plus intéressant que celui des USA
    Nord Stream 2 face à des risques: le Kremlin donne son avis
    Tags:
    déclaration, Mateusz Morawiecki, Dmitri Peskov, Pologne, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik