International
URL courte
Disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi (146)
9220
S'abonner

Le gouvernement allemand a arrêté ses livraisons d'armes destinées à l'Arabie saoudite, a annoncé lundi le ministère allemand de l'Économie.

Sur fond de scandale international entourant la mort du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, le ministère allemand de l'Économie a annoncé lundi avoir arrêté les livraisons d'armes à l'Arabie saoudite.

Le ministère qui prend les décisions sur les exportations d'armes précise que cette mesure concerne bien les livraisons déjà approuvées.

Auparavant, le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas a déclaré que Berlin avait décidé d'imposer des sanctions à 18 Saoudiens soupçonnés d'être impliqués dans le meurtre du journaliste dissident. Ainsi, l'Allemagne va entrer les personnes concernées dans le système d'information Schengen afin de leur en interdire l'accès.

Jamal Khashoggi a été tué le 2 octobre au consulat saoudien à Istanbul où il s'était rendu pour effectuer des démarches administratives. Après avoir d'abord nié le meurtre, les autorités saoudiennes ont fini par reconnaître que l'éditorialiste avait trouvé la mort lors d'une opération «non autorisée». Plus d'un mois après sa mort, son corps n'a toujours pas été retrouvé.

21 suspects ont été arrêtés dans le cadre de l'affaire, selon le bureau du procureur général à Riyad. Onze de ces suspects ont été inculpés, et le procureur général a requis la peine de mort à l'encontre de cinq d'entre eux, accusés d'avoir «ordonné et commis le crime».

Dossier:
Disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi (146)

Lire aussi:

La démission du Premier ministre «est une trahison collective des partis libanais», selon l’entourage de Macron
Vidéo des dernières secondes avant le crash de l’avion de transport militaire An-26
Nouvelle taxe sur les voitures: les automobilistes en sursis?
Tags:
armes, journalistes, meurtre, livraisons d'armes, sanctions, Heiko Maas, Jamal Khashoggi, Espace Schengen, Arabie Saoudite, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook