International
URL courte
Gazoduc Turkish Stream (101)
5242
S'abonner

Prenant la parole à la cérémonie d'achèvement du gazoduc Turkish Stream sous la mer Noire, le Président turc Recep Tayyip Erdogan s'est félicité des relations de son pays avec la Russie et a fait remarquer que la conduite profiterait également aux pays européens étant donné que la moitié du gaz acheminé serait livrée à l'Europe.

Le gazoduc Turkish Stream est très important non seulement pour la Turquie, mais également pour les pays européens, car le gaz qu'ils recevront via le tuyau donnera une nouvelle impulsion à leur développement, a déclaré le Président turc Recep Tayyip Erdogan, prenant la parole à la cérémonie d'achèvement de la partie sous-marine de la conduite qui se tient à Istanbul en présence de Vladimir Poutine.

«Nos relations avec la Russie suivent un mouvement ascendant, ce qui se manifeste dans le secteur énergétique également. Nous avons fait avec nos amis russes de grands efforts pour réaliser le projet Turkish Stream qui revêt une importance historique, a-t-il souligné. Ce gazoduc est important non seulement pour nous, mais également pour nos voisins. Nous prévoyons de livrer la moitié du gaz à l'Europe, ce qui impulsera le développement des pays européens», a indiqué Recep Tayyip Erdogan.

Il a ajouté que la Turquie serait capable de satisfaire intégralement les besoins en gaz de l'Europe et que la Russie était «pour nous un ami fiable et un grand fournisseur de gaz».

Vladimir Poutine a pour sa part remercié son homologue pour sa volonté politique et son courage dans la réalisation du pipeline, ainsi que tous les participants au projet «qui atteste clairement de l'efficacité du partenariat de nos pays».

Les dirigeants russe et turc ont solennellement annoncé ce lundi la construction de la dernière section du gazoduc sous la mer Noire.

Annoncé en décembre 2014, Turkish Stream devait compenser l'abandon surprise de South Stream, un précédent projet de gazoduc devant alimenter le sud de l'Europe en passant sous la mer Noire et en contournant l'Ukraine. La Russie l'avait arrêté en raison du blocage de la Commission européenne.

La mise en service du Turkish Stream était initialement prévue pour décembre 2016, mais le projet a été interrompu en octobre 2015, en raison d'une crise diplomatique de plusieurs mois entre Ankara et Moscou. Il a finalement été réactivé en septembre 2016. Il s'agit d'un gazoduc composé de deux tronçons qui auront chacun une capacité équivalente à 15,75 milliards de mètres cubes.

Les livraisons doivent commencer avant le 1er janvier 2020.

Dossier:
Gazoduc Turkish Stream (101)

Lire aussi:

Elle refuse de porter un masque, son interpellation dégénère - vidéo
Ayant fait le tour des réseaux sociaux, ces jaunes d’œufs étonnants attirent l'attention de chercheurs- vidéo
Manuel Valls appelle à «renverser la table» en France après la crise du coronavirus
«Un scandale absolu»: Jean-Michel Aulas en colère face au foot français à l’arrêt
Tags:
South Stream, Turkish Stream, Recep Tayyip Erdogan, Vladimir Poutine, mer Noire, Ukraine, Ankara, Moscou, Europe, Russie, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook