Ecoutez Radio Sputnik
    Vladimir Poutine

    Poutine promet une réponse inévitable au retrait US du traité FNI

    © Sputnik . Alexei Druzinine
    International
    URL courte
    23962

    Le retrait des États-Unis du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire ne restera pas sans réaction de la part de Moscou, a promis Vladimir Poutine.

    La décision américaine de sortir du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) ne peut pas rester sans réponse, a déclaré lundi le chef du Kremlin. Il a rappelé que lorsque les États-Unis se sont unilatéralement retirés du Traité ABM, la Russie a également rempli sa promesse.

    «On a fait ce qu'on a promis. Actuellement, la Russie dispose d'armes hypersoniques capables de franchir tout système de défense antiaérienne. Nous espérons que le bon sens et la responsabilité mutuelle constitueront la base d'un dialogue longtemps attendu sur des questions relatives à la stabilité stratégique et au renforcement du système de sécurité collective», a expliqué M.Poutine.

    En octobre, Donald Trump avait annoncé que les États-Unis prévoyaient de sortir du Traité sur les armes nucléaires à portée intermédiaire, signé en 1987 entre Mikhaïl Gorbatchev et Ronald Reagan. Le document en question abolissait l'usage de toute une série de missiles d'une portée variant de 500 à 5.500 kilomètres.

    Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a pour sa part souligné que le retrait américain du Traité FNI forcerait la Russie à prendre des mesures pour assurer sa sécurité.

    Lire aussi:

    Armes nucléaires en Europe: Berlin s’oppose au «retrait précipité» des USA du Traité FNI
    Lavrov précise la position de Moscou quant au retrait US du Traité FNI
    Lavrov: Moscou a tenté de convaincre les USA de ne pas «claquer la porte» du Traité FNI
    Tags:
    retrait, dialogue, Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI), sécurité, Donald Trump, Dmitri Peskov, Vladimir Poutine, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik