Ecoutez Radio Sputnik
    Un régiment de systèmes de missiles sol-air S-400

    Ankara à Washington: l’achat de S-400 russes est un fait établi

    © Sputnik . Sergey Malgavko
    International
    URL courte
    4463

    En visite à Washington, le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu a fait savoir que l’achat de systèmes de défense antiaérienne russes S-400 était un fait établi et qu’il ne pouvait pas être annulé, selon Reuters.

    Au cours de son déplacement aux États-Unis, le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu a confirmé que l'achat de systèmes sol-air russes S-400 était une question tranchée sur laquelle Ankara ne reviendrait pas, a annoncé Reuters.

    Le ministre a cependant donné à comprendre qu'Ankara avait besoin de nouveaux achats dans le domaine de la défense qui pourraient se réaliser aux États-Unis.

    «L'accord actuel est un accord conclu, je ne peux pas l'annuler», a déclaré M.Cavusoglu à la presse après sa rencontre avec son homologue américain Mike Pompeo.

    «Mais j'ai besoin de plus… et je préfère acheter chez mes alliés», a-t-il ajouté.

    Le porte-parole du Pentagone Eric Pahon avait précédemment annoncé à Sputnik que le ministère de la Défense et le Congrès américains examinaient ce qu'ils pouvaient proposer à la Turquie au lieu des systèmes antiaériens russes S-400.

    En septembre 2017, la Russie a annoncé avoir signé un contrat prévoyant la livraison de systèmes de missiles S-400 à la Turquie. Selon une source diplomatique citée par les médias russes en juin dernier, la production des systèmes destinés à Ankara devrait être achevée en mai 2019.

    En octobre 2019, la Russie livrera à la Turquie un régiment de systèmes de missile sol-air S-400 composé d'un poste de commandement et de divisions comprenant 8 groupes de lancement, a annoncé une source militaro-diplomatique aux médias russes.

    Entre mars et mai 2019, le poste de commandement et les véhicules de lancement des deux divisions seront transférés sur le polygone de Kapoustine Yar où ils seront testés et subiront un réglage avant leur livraison à la partie turque, a-t-elle ajouté.

    Il a été précisé que les S-400 turcs ne seraient pas dotés de système d'identification ami ou ennemi, car ils auraient des équipements de standard de l'Otan.

    Pour leur part, les États-Unis exercent des pressions sur la Turquie, leur allié au sein de l'Otan, pour qu'elle renonce à l'acquisition de ces systèmes de défense antiaérienne, menaçant de refuser de lui livrer des chasseurs F-35.

    Lire aussi:

    Ankara annonce la date de réception des premiers S-400 russes
    Livraison de S-400 à la Turquie: comment cela se passera
    Erdogan se prononce sur l’achat de S-400 russes
    Tags:
    S-400, Mike Pompeo, Mevlut Cavusoglu, Turquie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik