International
URL courte
12202
S'abonner

Le prince héritier d'Abou Dhabi Mohamed bin Zayed al-Nahyan visé en France par une plainte pour complicité de torture et de crimes de guerre au Yémen, selon l'Express.

L'avocat de l'ONG Alliance internationale pour la défense des droits et des libertés a déposé ce mercredi à Paris une plainte avec constitution de parties civiles pour complicité de torture, traitements inhumains et crimes de guerre à l'encontre du prince héritier d'Abou Dhabi, Mohamed bin Zayed al-Nahyan, actuellement en visite en France, indique le site de l'hebdomadaire français l'Express.

Proche du prince héritier saoudien, Mohamed bin Zayed al-Nahyan est le régent de fait des Émirats arabes unis et le commandant suprême de leurs forces armées qui sont engagées dans la guerre contre les Houthis du Yémen.

«C'est en cette qualité qu'il ordonne les bombardements» au Yémen, est-il indiqué dans la plainte de l'ONG qu'a pu consulter Reuters.

Le conflit yéménite oppose des forces progouvernementales, appuyées notamment par les Saoudiens et les Émiratis, aux rebelles houthis, soutenus par l'Iran.

Une coalition militaire arabe sous commandement saoudien intervient depuis mars 2015 au Yémen pour soutenir le gouvernement du Président Abd Rabbo Mansour Hadi contre les Houthis.

Les rebelles contrôlent la capitale Sanaa depuis 2014 et restent maîtres de vastes régions du pays.

Les victimes du conflit au Yémen ne sont plus comptabilisées depuis 2016 par l'Onu, le bilan étant resté à 10.000 morts à cette date.

Lire aussi:

Une meute de loups dévore un chien et oblige un homme à grimper dans un arbre en centre-ville – vidéo choc
Après son tweet sur Macron au théâtre, Bouhafs dit avoir «une vidéo terrible» du couple en fuite
Cette simple opération mathématique divise les internautes car deux réponses seraient correctes
Tags:
Mohammed ben Zayed Al Nahyane, victimes, conflit, rebelles, plainte, ONG, avocat, ONU, Abd Rabbo Mansour Hadi, Sanaa, Iran, Émirats Arabes Unis, Abou Dhabi, Yémen, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik