Ecoutez Radio Sputnik
    Station de pompage de gaz

    Contrats de gaz à long terme avec l’UE: après un cafouillage serré, Alger gagne la partie

    © AP Photo / Bela Szandelszky
    International
    URL courte
    4283

    L’Algérie a réussi à renouveler la majorité de ses contrats à long terme de livraison de gaz avec ses partenaires européens, a indiqué ce 20 novembre à Alger le ministre de l’Énergie du pays, en précisant que ceux qui restent sont phase de négociations à Madrid.

    Après plusieurs mois d'incertitude sur fond de polémique suscitée par la demande de certains pays européens d'acheter le gaz sur les marchés spots, l'Algérie a finalement réussi le pari de renouveler tous ses contrats à long terme de livraison de cet hydrocarbure avec ses partenaires du Vieux Continent. C'est ce qu'a affirmé le 20 novembre Mustapha Guitouni, le ministre algérien de l'Énergie, lors d'une conférence de presse conjointement menée avec Miguel Arias Canete, le commissaire européen en charge de l'action pour le climat et l'énergie, à l'issue de la 3e réunion annuelle du dialogue politique de haut niveau sur l'énergie entre l'Algérie et l'Union européenne.

    «Il n'y a aucun problème», a déclaré le ministre algérien. «La majorité des contrats qui lient l'Algérie et l'Union européenne ont été signés de façon normale», a-t-il encore soutenu en précisant que «ceux qui restent sont en train d'être négociés avec la délégation qui se trouve actuellement à Madrid».

    Pour sa part, dans le but de clore la polémique entourant le renouvellement des contrats de gaz entre l'UE et l'Algérie, le commissaire européen a affirmé que «nous espérons rester l'un des principaux clients de l'Algérie en matière de gaz».

    Tout en réaffirmant la volonté de l'UE de renforcer et de développer de manière significative son partenariat énergétique avec Alger, le même responsable a annoncé qu'«une feuille de route a été établie par l'Algérie et l'Union européenne pour renforcer leur partenariat stratégique dans le domaine de l'énergie au cours des années à venir».

    Les propos de M.Arias Canete mettent ainsi un terme à la polémique déclenchée entre les deux parties quant à l'éventualité du renouvellement des contrats à long terme de livraison de gaz, quand certains pays européens ont annoncé leur volonté de s'approvisionner en gaz de schiste américain et de l'acheter directement sur les marchés spots, chose qui leur assurait des prix inférieurs aux prix algérien.

    En effet, face à l'annonce de ces pays, les autorités algériennes ont levé le voile sur la commande de deux nouveaux navires (méthaniers) pour transporter son gaz liquéfié (GNL) vers les pays asiatiques. Étant le troisième fournisseur en gaz de l'Europe après la Russie et la Norvège, l'Algérie aurait finalement eu gain de cause en faisant jouer la carte de la fiabilité et de la stabilité, s'épargnant ainsi la chute de ses revenus en devises fortes.

    Lors de cette conférence de presse, tout en indiquant que l'Algérie a renouvelé ses contrats avec ses partenaires traditionnels et historiques que sont l'Italie et l'Espagne, le ministre algérien a souligné, que pour l'année 2018, le cap des 57 milliards de mètres cubes de gaz exporté vers l'Europe qui devrait être franchi est appelé à augmenter durant les prochaines années, avec des contrats «sécurisants» pour les deux parties.

    Lire aussi:

    L’Algérie part à la conquête du marché asiatique du GNL
    Entre la Russie et l’Algérie, un partenariat stratégique prometteur
    Quand la Chine remplit le vide du «net recul» de la coopération économique algérofrançaise
    Tags:
    marché boursier, contrat, gaz, gaz de schiste, Miguel Arias Canete, Mustapha Guitouni, Europe, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik