Ecoutez Radio Sputnik
    Des enfants yéménites (image d'illustration)

    Au Yémen, une ONG déplore la mort de dizaines de milliers d’enfants de moins de 5 ans

    © AP Photo /
    International
    URL courte
    309

    Pour chaque enfant yéménite tué par bombe ou balle, des dizaines meurent de faim ou de maladie, d’après l’ONG Save the Children qui estime qu’en trois ans et demi près de 85.000 d’entre eux seraient morts.

    La famine et les maladies ont tué 84.701 enfants yéménites de moins de 5 ans entre avril 2015 et octobre 2018, période d’intensification de la guerre au Yémen, a annoncé mercredi l’ONG Save the Children se référant à des données de l’Onu.

    «Nous sommes horrifiés par le fait qu’environ 85.000 enfants sont morts de faim depuis le début de la guerre. Pour chaque enfant tué par des bombes et des balles, des dizaines meurent de faim alors qu’on peut sans doute l’éviter», a déclaré Tamer Kirolos, directeur de Save the Children pour le Yémen, dans un communiqué de l’ONG.

    L’ONG a évalué le taux de mortalité dû aux cas de malnutrition aiguë sévère (MAS) et de maladie chez des enfants de moins de 5 ans.

    «Les enfants qui meurent de cette façon souffrent énormément parce que leurs organes vitaux arrêtent progressivement de fonctionner. Leur système immunitaire est si faible qu’ils sont plus exposés aux infections et certains sont trop fragiles même pour pleurer. Les parents sont obligés de regarder leurs enfants dépérir, incapables de faire quoi que ce soit», a ajouté le responsable.

    En quatre ans de guerre, près de 14 millions de personnes au Yémen se sont retrouvées au bord de la famine, d’après l’Onu. Leur nombre a considérablement augmenté après que la coalition dirigée par l’Arabie et les Émirats arabes unis a imposé un blocus au Yémen en 2017. Les importations de produits alimentaires par le port de Hodeïda ont diminué de plus de 55.000 tonnes par mois, une quantité suffisante pour répondre aux besoins de 4,4 millions de personnes, dont 2,2 millions d’enfants, note l’ONG.

    La coalition a plus tard levé le blocus, mais a annoncé l’imposition de nouvelles restrictions à partir du 9 novembre, ce qui pourrait réduire de 50% les importations de vivres, d’après les données de l’Onu citées par Save the Children.

    L’organisation Save the Children est obligée d’envoyer une aide alimentaire au Yémen via le port d’Aden, dans le sud, au lieu d’utiliser le port de Hodeïda, en raison des combats, des obstacles bureaucratiques et du blocus.  

    «En conséquence, le transport d’aide humanitaire prend jusqu’à trois semaines au lieu d’une semaine si le port de Hodeïda était pleinement opérationnel», d’après l’ONG. 

    Des attaques contre les convois et des centres de distribution d’aide alimentaire au Yémen aggravent la situation.

    Selon l’Onu, quelque 400.000 enfants seraient exposés au risque de malnutrition aiguë sévère en 2018, soit 15.000 de plus qu’en 2017.

    Lire aussi:

    Le Yémen épuisera complètement ses vivres dans deux mois
    Le nombre d'enfants vivant dans des zones de conflit atteint un niveau record
    «Si le blocus continue, le Yémen connaîtra la catastrophe que l’Onu redoute»
    Tags:
    malnutrition aiguë sévère (MAS), maladie, mortalité, famine, aide humanitaire, Save the Children, ONU, Hodeida, Aden, Yémen
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik