Ecoutez Radio Sputnik
    Interpol

    Pour Moscou, la réputation et l’autorité d’Interpol ont été ternies par l’ingérence US

    © AFP 2018 ROSLAN RAHMAN
    International
    URL courte
    2311

    A la veille de l’élection du président d’Interpol, une campagne de désinformation visant le candidat russe Alexandre Prokoptchouk a été lancée par les États-Unis qui ont voulu entacher la réputation de cette organisation, a annoncé jeudi la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova.

    La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a souligné jeudi l'ingérence américaine dans les affaires intérieures d'Interpol lors de l'élection du président de cette organisation internationale.

    «La période pré-électorale a été marquée par une campagne de désinformation, de pressions et de mensonges. Malheureusement, elle a été lancée par les États-Unis contre le candidat de la Russie», a-t-elle déclaré lors de la séance hebdomadaire d'information.

    Selon elle, la partie américaine a tout fait pour obtenir la défaite du candidat russe Alexandre Prokoptchouk.

    «Washington a même renoncé à ses principes de non-communication de ses préférences concernant les candidats à un poste d'une organisation internationale, a déployé ses moyens diplomatiques pour s'opposer ouvertement à l'élection du candidat russe», a affirmé Mme Zakharova.

    Moscou considère que ces actions sont inadmissibles et nuisent à la réputation et l'autorité d'Interpol, a ajouté la porte-parole de la diplomatie russe.

    L'élection du président d'Interpol a eu lieu mercredi à Dubaï. Les délégués de cette organisation ont élu le Sud-Coréen Kim Jong-yang. Le candidat russe, vice-président de l'organisation, le général Alexandre Prokoptchouk, était considéré comme le favori du scrutin par les médias.

    Bien que le poste de président soit plus honorifique qu'opérationnel, la candidature de M.Prokoptchouk avait agité les esprits qui craignaient que l'organisation internationale ne devienne un outil au service du Kremlin. L'Ukraine a menacé lundi de se retirer d'Interpol en cas de victoire du candidat russe. Le 20 novembre, certains sénateurs américains ont demandé à Donald Trump et l'Assemblé générale de cette organisation de ne pas laisser Alexandre Prokoptchouk emporter cette élection.

    En réponse, le ministère russe de l'Intérieur a dénoncé mardi une «politisation inadmissible» d'Interpol face à la levée de boucliers suscitée par des informations indiquant qu'un général russe était favori pour présider une organisation internationale. Le Kremlin, de son côté, a pointé du doigt l'ingérence des sénateurs américains dans les affaires internes d'Interpol.

    Lire aussi:

    La Chine sort de son silence concernant le président d’Interpol Meng Hongwei
    Interpol dévoile les noms des 173 kamikazes de Daech les plus dangereux pour l’Europe
    La Palestine admise à Interpol: «une victoire sur les USA et Israël»
    Tags:
    ingérence, désinformation, président, élections, ministère russe des Affaires étrangères, Interpol, Donald Trump, Kim Jong-yang, Alexandre Prokoptchouk, Maria Zakharova, Ukraine, Dubaï, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik