Ecoutez Radio Sputnik
    Un iPhone Apple

    L'iPhone est en Chine «le smartphone du pauvre»

    © AP Photo / Charles Rex Arbogast
    International
    URL courte
    586

    Particulièrement apprécié des jeunes à revenus de moins de 3.000 yuans par mois, soit environ 400 euros, l'iPhone est en Chine «le smartphone du pauvre», a établi une étude de l'agence MobData qui qualifie ces consommateurs de «pauvres restant invisibles».

    L'iPhone est «le smartphone du pauvre», affirme dans un rapport l'agence analytique chinoise MobData qui a conclu, à l'issue d'une étude du marché chinois, que l'iPhone était surtout populaire parmi les jeunes qui n'avaient pas encore fait d'études supérieures et dont les revenus sont inférieurs à 3.000 yuans par mois (environ 400 euros).

    Très nombreux sont les jeunes qui ne gagnent pas beaucoup, mais qui veulent dépenser toujours plus, en ayant notamment recours aux ressources de leurs parents, a expliqué à Sputnik Liu Xingliang, expert chinois en technologies informatiques.

    «Je pense que des revenus modestes n'entraînent pas toujours un pouvoir d'achat limité. Ainsi, certains étudiants privés de tout revenu comptent sur leurs parents et achètent des smartphones très chers. Ceux qui ne font qu'entrer sur le marché du travail ne gagnent pas beaucoup, mais dépensent l'argent de leur famille ou de leur partenaire pour satisfaire leurs propres envies», a-t-il fait remarquer.

    Ces consommateurs d'iPhone ont été qualifiés de «pauvres restant invisibles» par l'agence MobData. Les résultats de son étude montrent qu'en Chine la marque à la pomme est prisée non des hommes d'affaires et des hauts fonctionnaires, mais des jeunes filles de 18 à 34 ans, en règle générale non mariées et sans diplôme d'études supérieures ou détentrices d'un diplôme universitaire de premier cycle.

    Les détenteurs de diplômes et de revenus plus élevés optent pour des modèles plus démocratiques de fabrication chinoise, souligne encore l'agence.

    «Ceux qui sont payés entre 5.000 et 7.000 yuans [entre 650 et 900 euros, ndlr] peuvent, eux, avoir à rembourser un crédit immobilier ou automobile, ou avoir des engagements envers leur famille. Eux ne sont peut-être pas en mesure de se payer un smartphone cher et choisiront un appareil plus abordable», a expliqué Liu Xingliang.

    Ainsi, toujours selon l'étude, Oppo et Vivo sont choisis essentiellement par la classe moyenne, qui touche entre 3.000 et 10.000 yuans par mois, soit entre 400 et 1.260 euros, tandis que les principaux consommateurs de Huawei et Xiaomi sont des hommes de plus de 30 ans, avec un diplôme d'études supérieures et des revenus avoisinant les 20.000 yuans par mois, soit 2.500 euros.

    Pourquoi les couches les moins aisées choisissent-elles les smartphones les plus chers? MobData estime que l'iPhone est toujours considéré comme un produit de luxe en Chine. Ceux qui ont des revenus modestes, mais qui cherchent à le cacher choisissent un iPhone. Ainsi, constate l'agence, la marque à la pomme reste dans le pays un marqueur du statut social.

    Apple est en Chine un produit particulier qui, selon Liu Xingliang, «occupe et continuera d'occuper prochainement une part de marché entre 9% et 10%. Et la majorité absolue de clients choisissent des produits chinois», a-t-il ajouté.

    Selon MobData, Huawei, Oppo, Vivo et Xiaomi se partagent 80% du marché chinois et renforcent leurs positions sur les marchés étrangers.

    Pour ce qui est du marché russe, Huawei a dépassé Samsung et Apple à l'issue du troisième trimestre de l'année pour se classer premier par le nombre d'appareils vendus.

    Lire aussi:

    Ça y est: le géant chinois Huawei vend désormais plus de smartphones qu’Apple
    Ces sacrifices inouïs dont les gens sont capables par amour pour l’iPhone
    Pourquoi l'iPhone X est-il un tel casse-tête pour Apple?
    Tags:
    technologies, produit de luxe, smartphone, revenus, diplôme, étudiants, jeunes, iPhone, Vivo, Oppo Electronics Corp, Xiaomi, Huawei, Sputnik, Apple, Russie, Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik