Ecoutez Radio Sputnik
    Bachar el-Assad

    Un changement de pouvoir en Syrie n’est pas un préalable, selon un responsable US

    © AFP 2018 LOUAI BESHARA
    International
    URL courte
    22323

    Washington ne cherche pas à influencer le processus politique en Syrie, a déclaré James Jeffrey, représentant spécial des États-Unis pour la Syrie. Il a toutefois indiqué que le «comportement» du gouvernement syrien devait changer afin d’aboutir à une «paix réelle».

    Les États-Unis ne poursuivent pas l'objectif de changer le pouvoir en Syrie, a déclaré James Jeffrey, représentant spécial des États-Unis pour la Syrie, dans une interview accordée à RIA Novosti et au journal Kommersant.

    «Nous sommes attachés au processus politique […]. Le peuple syrien doit décider qui le dirigera et quel gouvernement il aura. Nous n'avons pas pour but un changement de régime. Nous avons pour but de changer le comportement de ce régime», a-t-il déclaré.

    Il a souligné que Washington déployait tous ses efforts pour que la commission constitutionnelle syrienne soit formée dans les semaines à venir.

    Le responsable américain a également déclaré que la présence américaine en Syrie ne visait pas la division du pays.

    «Les États-Unis soutiennent l'intégrité territoriale de la Syrie depuis le début du conflit et même avant, et nous continuerons de le faire. La présence de forces américaines qui mènent des opérations antiterroristes ne témoigne pas d'un désir de diviser le pays», a-t-il ajouté.

    Il a indiqué que Washington avait «une longue liste» de reproches à adresser au gouvernement syrien qui, selon M.Jeffrey, «doit changer afin d'aboutir à une paix réelle».

    L'ancienne ambassadrice des États-Unis aux Nations unies, Nikki Haley, a déclaré fin septembre que le départ du Président syrien Bachar el-Assad n'était qu'«une question de temps». Elle a précisé que «les États-Unis n'essayaient certainement pas de forcer son départ».

    La coalition dirigée par États-Unis effectue régulièrement des raids aériens dans la partie est du gouvernorat de Deir ez-Zor et les médias syriens ont plus d'une fois fait état de l'emploi de phosphore blanc dans les bombardements.

    Les autorités syriennes ont appelé les Nations unies à prendre des mesures appropriées contre les responsables et à faire cesser la présence illégale de la coalition en Syrie. Le Pentagone a déclaré que la coalition ne communiquait pas sur les munitions employées en Syrie, mais que celles-ci étaient conformes au droit international.

    Lire aussi:

    Cinq civils tués dans une frappe de la coalition US à Deir ez-Zor, selon Sana
    La coalition internationale aurait frappé Deir ez-Zor avec du phosphore blanc interdit
    Des femmes et des enfants victimes de nouvelles frappes de la coalition US en Syrie (TV)
    Tags:
    intégrité territoriale, processus de paix, Nikki Haley, Bachar el-Assad, Syrie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik