Ecoutez Radio Sputnik
    Le vice-prince héritier Mohammed ben Salmane

    Quels sont les enjeux de la prochaine visite de Mohammed ben Salmane en Tunisie?

    © AFP 2018 Alain Jocard
    International
    URL courte
    634

    Dans une démarche pour desserrer l’étau autour de lui et de son pays, Mohammed ben Salmane devrait bientôt se rendre en Tunisie, dans le cadre de sa tournée arabe, sur invitation du Président Béji Caïd Essebsi.

    Sur invitation du Président Béji Caïd Essebsi, le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane aurait décidé de se rendre en Tunisie dans le cadre de sa tournée auprès de six pays arabes, entamée le 22 novembre. C'est ce qu'a rapporté le site d'information tunisien Business News en précisant que le prince héritier devrait arriver le 27 novembre à Tunis. Pris ainsi que son pays dans le tourbillon de la campagne médiatico-politique qui a suivi le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi dans le consulat d'Arabie saoudite à Istanbul, Mohammed ben Salmane se rendrait ainsi dans l'une des capitales ayant soutenu son pays dans cette épreuve.

    En effet, rappelle le média, tout en condamnant cet assassinat, la Tunisie a affirmé que cette affaire ne doit pas constituer une raison pour viser la stabilité et la sécurité du Royaume saoudien.

    «Cette tournée arabe [du prince héritier, ndlr] intervient sur instruction du roi saoudien Salmane ben Abdelaziz, afin de renforcer les relations du Royaume aux niveaux régional et international, et en réponse à des invitations reçues de la part de chefs d'État», a indiqué le communiqué du palais royal cité par l'agence de presse officielle saoudienne SPA.

    Prince héritier saoudien Mohamed ben Salmane
    © REUTERS / Bandar Algaloud/Courtesy of Saudi Royal Court
    Certaines sources diplomatiques ont précisé qu'en plus des Émirats arabes unis, où le prince s'est rendu hier, et la Tunisie, les autres pays arabes où celui-ci compte faire escale durant son périple sont l'Algérie (le 6 décembre selon la presse locale), le Bahreïn, l'Égypte et la Mauritanie.

    Le Maroc, quant à lui, ne serait pas de la partie, un indice que les relations entre les deux pays n'ont pas encore repris leur cours normal à cause des relations avec le Qatar, a commenté le site d'information marocain Le Desk dans son édition du 23 novembre.

    Jamal Khashoggi a été tué le 2 octobre au consulat saoudien à Istanbul où il s'était rendu pour effectuer des démarches administratives. Après avoir d'abord nié le meurtre, les autorités saoudiennes ont fini par reconnaître que l'éditorialiste avait trouvé la mort lors d'une opération «non autorisée». Plus d'un mois et demi après sa mort, son corps n'a toujours pas été retrouvé. 21 suspects ont été arrêtés dans le cadre de l'affaire, selon le bureau du procureur général à Riyad. 11 de ces suspects ont été inculpés, et le procureur général a requis la peine de mort à l'encontre de cinq d'entre eux, accusés d'avoir «ordonné et commis le crime»

    La CIA dispose d'un enregistrement sonore dans lequel le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane ordonne de «faire taire» le journaliste dissident saoudien Jamal Khashoggi «au plus vite», a affirmé jeudi le quotidien turc Hurriyet.

    Paris a annoncé ce jeudi sanctionner 18 ressortissants saoudiens impliqués dans l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi. Les personnes concernées ont désormais interdiction de se rendre en France et dans l'espace Schengen, a fait savoir le Quai d'Orsay.

    Ces mesures font ainsi suite à la décision prise lundi par le gouvernement allemand qui a interdit l'entrée sur son territoire à 18 sujets saoudiens. Précédemment, l'Allemagne a décidé d'arrêter de fournir des armes à l'Arabie saoudite. Cette mesure s'applique également aux contrats déjà signés.

    Lire aussi:

    Avant l’arrivée de ben Salmane en Algérie, Alger s’exprime sur l’assassinat de Khashoggi
    Des Tunisiens protestent contre la visite du prince saoudien Mohammed ben Salmane (vidéo)
    Affaire Khashoggi: l'ambassadeur saoudien revient aux États-Unis, selon les médias
    Tags:
    relations diplomatiques, relations bilatérales, visite officielle, visite d'Etat, CIA, Mohammed ben Salmane Al-Saoud, Tunisie, Arabie Saoudite
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik