Ecoutez Radio Sputnik
    Djihadistes de Boko Haram

    Entre les djihadistes sahéliens et ceux de Boko Haram, le Niger toujours pris en tenaille

    © AP Photo /
    International
    URL courte
    Safwene Grira
    421

    Situé à l'intersection des zones d'influence de deux sphères djihadistes, le Niger subit, de plein fouet, les attaques terroristes de Boko Haram au sud-est et les incursions meurtrières des groupes djihadistes sahéliens, au nord-ouest. Deux menaces qui ne sont pas traitées avec le même soin, analyse Emmanuel Dupuy, président l'IPSE.

    Les autorités nigériennes ont beau avoir parlé, il y a quelques mois, de «résidus de Boko Haram», la région de Diffa continue de faire les frais des incursions meurtrières du groupe terroriste nigérian.

    Jeudi 22 novembre, la cible était une entreprise française implantée dans le village de Tourmou, dans cette région méridionale du Niger. Bilan: 8 morts et 5 blessés, principalement parmi le personnel de Foraco, qui effectuait des forages d'eau afin d'améliorer les conditions de vie dans un camp de réfugiés de cette région reculée du Niger.

    Donnant sur le Bassin du Lac Tchad, partagé entre le Cameroun, le Niger, le Nigéria et le Tchad, la région de Diffa subit les attaques du groupe terroriste depuis 2015. Quelque 300.000 personnes, fuyant ces exactions, y ont trouvé abri. Il s'agit soit de réfugiés venant du Nigéria voisin, soit de déplacés qui ont abandonné leurs villages et leurs moyens de subsistance, l'agriculture vivrière et la pêche. Jadis source de vie, le lac a été boudé par crainte des pirogues de la mort… et des tirs croisés de la guerre asymétrique opposant militaires et djihadistes.

    «C'est une zone dont la résurgence sécuritaire est apparue de manière régulière pendant ces derniers mois. L'activisme de Boko Haram dans cette région n'est pas nouveau. Ce qui est inédit, c'est que cette fois-ci c'était une entreprise française qui était ciblée, alors que jusque-là, ils prenaient surtout pour cible des villageois ou les militaires engagés contre eux dans la région dans le cadre de la force régionale, la Force Multinationale Mixte, regroupant les pays limitrophes, plus le Bénin», commente Emmanuel Dupuy, président de l'Institut Prospective et Sécurité en Europe (IPSE).

    Des intérêts français pour cible, un modus operandi plutôt caractéristique des «frères d'armes» actifs dans l'Ouest et le nord du pays, notamment dans les régions de Tahoua et Tillabéry. Plus généralement, c'est dans «la zone des trois frontières», du Burkina Faso, Mali et Niger que se concentre l'activisme djihadiste des nébuleuses sahélo-sahariennes.
    Il s'agit, principalement, rappelle Dupuy, du Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (JNIM/GSIM) né du regroupement des mouvements Ansar Dine, MUJAO et AQMI-Al Mourabitoune, en mars 2017, sous l'égide de Iyad Ag Ghali, et l'État islamique dans le Grand Sahara (EIGS), émanation de Daesh* dans la bande sahélo-saharienne, depuis sa création en mai 2015, à l'initiative de Adnane Abou Walid al-Sahraoui.

    L'expert français regrette une hiérarchisation des menaces, avec une focalisation accrue sur les groupes sahélo-sahariens, au détriment de la guerre contre Boko Haram. Contre les premiers, toute une architecture sécuritaire s'est mise en place ces dernières années, autour de la Mission onusienne au Mali, la Minusma, la Force française Barkhane et la force conjointe du G5 Sahel. La guerre contre Boko Haram a été le fait de la Force Multinationale Mixte (FMM), réunissant les quatre pays du lac Tchad, plus le Bénin.

    «Si la région du lac Tchad, et plus particulièrement la région de Diffa, est encore minée par les insécurités, c'est aussi parce que l'axe d'effort a été davantage porté sur la menace "horizontale" (bande sahélo-saharienne-BSS) en s'investissant dans la Force conjointe G5 Sahel et dans la force Barkhane.
    Beaucoup moins d'investissement financier et capacitaire, en revanche, dans le cadre de l'autre menace, de type "vertical", impliquant Boko Haram et son émanation au nord-ouest du Nigéria (mouvement Ansarou), où le seul acteur est la Force Multinationale Mixte, qui ne bénéficie pas de suffisamment de soutien», poursuit Dupuy.

    En d'autres termes, l'urgence de la zone des trois frontières a pris le pas sur celle des quatre frontières. En cause, les liens inextricables entre réseaux terroristes sahélo-sahariens, trafics d'êtres humains et immigration clandestine, mais aussi, les liens présumés entre certains attentats perpétrés en Europe et ces mêmes groupes sahélo-sahariens.

    Ce désintérêt —relatif- ne doit pas occulter les succès sécuritaires réalisés dans la guerre contre Boko Haram. À Diffa, seuls 141 civils ont «blessés, tués et enlevés», en 2017, contre 227 en 2016 et 214 en 2015, d'après des données du Bureau des Nations unies pour les Affaires humanitaires (OCHA). Par ailleurs, si la situation sécuritaire pendant les 8 premiers mois de l'année 2018 a été marquée par une augmentation du nombre d'attaques, il y a eu «une baisse des victimes civiles liées à ces incidents comparativement à la même période l'année dernière (2017)», dans la région de Diffa, relève encore l'OCHA dans un rapport publié en septembre 2018.

    Pour Emmanuel Dupuy, l'augmentation du nombre d'incidents et la baisse de pertes en vies humaines dénote une certaine efficacité de la FMM ces derniers mois et un affaiblissement structurel de Boko Haram, impactant sa capacité meurtrière. La neutralisation de plusieurs centaines de djihadistes, depuis le déploiement de la FMM en 2015, a considérablement affaibli le groupe terroriste et l'a acculé à un repli dans son pré-carré, l'État du Borno, dans le nord du Nigéria. Entre le 17 et le 20 novembre, une série d'attaques perpétrées dans le nord-est du pays ont provoqué la mort de 43 soldats et d'une dizaine de villageois.

    «Un signal envoyé pour affirmer sa résilience, alors que le Président Buhari brigue un deuxième mandat en février», conclut Dupuy.

    * Organisation terroriste interdite en Russie

     

    Lire aussi:

    Bavure: l'armée nigérienne tue 14 paysans qu'elle avait pris pour des djihadistes
    Quinze filles enlevées par des inconnus armés dans le sud-est du Niger
    Double attentat-suicide au Cameroun: 14 morts
    Tags:
    attentat, Sahel, terrorisme, Tillabéry, Tahoua, Bénin, Burkina Faso, Mali, Niger, Tchad, Cameroun
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik