International
URL courte
Brexit (2018) (68)
14171
S'abonner

Les dirigeants des 27 pays membres de l’Union européenne ont approuvé ce dimanche l’accord de divorce avec le Royaume-Uni. Désormais, c’est Londres qui doit rendre son verdict concernant ce document.

Les dirigeants des 27 pays membres de l'Union européenne ont approuvé l'accord de divorce avec le Royaume-Uni, a annoncé le Président du Conseil européen, Donald Tusk. Ce document de 600 pages ainsi qu'une déclaration de 26 pages sur les futures relations commerciales entre l'UE et Londres ont été scellés ce dimanche lors du sommet européen.

«Les 27 ont validé l'accord de retrait et la déclaration politique sur les relations futures entre l'Union européenne et le Royaume-Uni», a-t-il déclaré.

Les chefs d'État et de gouvernement européens ont également pressé les Britanniques, dont la classe politique se déchire sur le sujet, de soutenir cet accord à leur tour. La Première ministre britannique, Theresa May, aura fort à faire pour obtenir l'aval de la Chambre des Communes. Un vote négatif provoquerait probablement un départ désordonné du Royaume-Uni, craint par l'ensemble des acteurs.

La Présidente lituanienne, Dalia Grybauskaite, a affirmé que le processus de sortie du Royaume-Uni était «loin d'être achevé».

Emmanuel Macron a qualifié ce moment de «grave» pour l'UE qui, selon lui, a «besoin d'une refondation».

«C'est un moment grave pour l'UE […]. Cela montre que notre Europe a besoin d'une refondation, très clairement, et c'est cette option que je soutiens et sur laquelle nous continuerons à travailler et qui doit marquer à mes yeux le débat des prochaines élections européennes», a-t-il lancé.

Selon le Président français, les futures relations avec Londres «restent à définir».

«Il est clair que le Royaume-Uni continuera à avoir un rôle important, qui pourra évoluer», a-t-il précisé.

Theresa May a annoncé le 14 novembre que le gouvernement britannique avait approuvé le projet d'accord avec l'UE sur le Brexit. Selon ce document, le Royaume-Uni et l'UE mettront en place un espace douanier commun qui fonctionnera jusqu'à la fin des négociations sur les paramètres des futures relations entre Londres et Bruxelles. Les autorités britanniques ont promis de respecter leurs engagements financiers pris dans le cadre du budget pluriannuel 2014-2020.

La question de la frontière entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande reste l'un des problèmes clés du Brexit: les parties doivent décider comment ne pas violer les conditions de l'accord de Belfast, empêcher la création d'une «frontière dure» entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande après le Brexit et ne pas porter atteinte à l'intégrité du Royaume-Uni.

Le Royaume-Uni doit quitter l'Union européenne le 29 mars 2019.

Dossier:
Brexit (2018) (68)

Lire aussi:

Cet homme potentiellement «dangereux» recherché par la police pour avoir enlevé ses enfants - photo
«Je n’en ai pas les compétences»: quand Dupond-Moretti assurait ne jamais vouloir devenir ministre de la Justice - vidéo
«Les gens ne veulent pas travailler»: au Canada, l’aide d’urgence, trappe à l’emploi?
Les chiens d’Abidjan frappés par une épidémie mortelle
Tags:
Brexit, Union européenne (UE), Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook