Ecoutez Radio Sputnik
    Violence domestique

    Onu: près de 60% des femmes tuées en 2017 victimes de violences domestiques

    CC0 / Warren Goldswain
    International
    URL courte
    1016

    À l’occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime a publié un rapport qui indique que près de 60% des femmes tuées le sont par des membres de leur famille proche.

    Le domicile est toujours le lieu le plus dangereux pour les femmes en matière de violences faites à ces dernières, selon un rapport de l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime, publié à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes le 25 novembre. Environ 50.000 femmes ont été tuées par leurs compagnons ou des proches l'année dernière.

    «Bien que la grande majorité des victimes de meurtre soient des hommes, les femmes continuent de payer le prix le plus élevé résultant de l'inégalité des sexes, de la discrimination et des stéréotypes négatifs», a expliqué le directeur exécutif de l'Office, Youri Fedotov.

    Selon les statistiques, 87.000 femmes ont été tuées l'année dernière, dont près de 58% sont victimes de leurs proches. Ainsi, le taux global de femmes victimes d'homicide s'élève à 1,3 victime pour 100.000 femmes. Quant au taux le plus bas, il est observé en Europe, où il n'est que de 0,7. En ce qui concerne les régions où les femmes ont le plus de risques d'être tuées par leur compagnon ou un proche, il s'agit de l'Afrique et des Amériques. En Afrique, le taux était d'environ 3,1 victimes pour 100.000 femmes, alors que les taux aux Amériques étaient de 1,6 victime, en Océanie de 1,3 et en Asie de 0,9.

    La Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes est célébrée annuellement le 25 novembre à l'initiative de l'Organisation des Nations unies.

    Lire aussi:

    La France devient-elle un pays dangereux pour les femmes?
    La femme syrienne ou comment la guerre a redistribué les rôles au sein de la société
    «Macron c’est de la poudre de perlimpinpin»: les femmes en colère à Paris
    Tags:
    homicide, violence domestique, femmes, ONU
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik